Accenteur de l'Himalaya

Prunella himalayana - Altai Accentor

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Prunellidés

  • Genre
    :

    Prunella

  • Espèce
    :

    himalayana

Descripteur

Blyth, 1842

Biométrie
  • Taille
    : 15 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 24.3 à 29.8 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez les adulltes, la tête est grise avec quelques stries noires. Le manteau et le dos sont châtain-brun avec des stries sombres. Le croupion est légèrement plus pâle. Les couvertures alaires présentent une couleur roux-brun avec deux discrètes barres alaires blanches. La queue est brune avec des taches terminales blanches.
La gorge et le menton sont blancs et bordés de taches noires. La poitrine, le haut du ventre et les flancs sont striés de roux et de blanc. Le bas ventre est blanc-crème. Les iris sont rougeâtres, le bec noir. La base de la mandibule inférieure est jaune. Les pattes sont jaunâtres. Les sexes sont identiques.
Les juvéniles sont assez semblables aux adultes mais leur gorge est mouchetée de gris. La poitrine est d'un chamois éclatant et le ventre présente une couleur crème. Tous deux sont striés de noir.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Altai Accentor,
  • Acentor del Himalaya,
  • ,
  • Himalayabraunelle,
  • himalájai szürkebegy,
  • Гималайская завирушка,
  • 高原岩鹨,
  • Himalajaheggenmus,
  • Passera scopaiola dell'Himalaya,
  • Altaijärnsparv,
  • Altaijernspurv,
  • płochacz himalajski,
  • vrchárka škvrnitá,
  • pěvuška himálajská,
  • Himalayajernspurv,
  • himalajanrautiainen,
  • ,
  • ヒマラヤイワヒバリ,

Voix chant et cris

Le mâle chante quand il est perché sur un rocher ou lorsqu'il poursuit une femelle dans les airs. Il émet un puissant gazouillement qui est entremêlé de trilles et de notes flûtées. Ce chant ressemble beaucoup à celui de l'Accenteur alpin (Prunella collaris) mais il est moins musical et plus trillé. Par certains aspects, il rappelle aussi celui du Serin à front rouge (Serinus pusillus). Les cris sont des "tee-tee" assez semblables à ceux des membres de la famille des fringillidés. On peut aussi entendre des faibles gazouillis continuels quand ils se restaurent ou quand ils sont de passage.

Habitat

Pendant la période estivale, les accenteurs de l'Himalaya fréquentent les prairies alpines caillouteuses et les versants rocheux des collines qui ont une couverture végétale assez réduite. Ils évitent généralement les éboulis et les blocs de pierre. A cette époque de l'année, on les trouve à des altitudes qui varient de 2 800 à 5 500 mètres.
En hiver, ces oiseaux peuvent être observés dans les collines rocheuses ou couvertes d'herbes ainsi que dans les vallées qui sont situées à des altitudes plus modestes. On les trouve alors entre 2 000 et 4 500 mètres daltitude. Exceptionnellement, ils descendent jusqu'à 1 000 mètres.

Comportement traits de caractère

Les accenteurs de l'Himalaya sont plus grégaires que les accenteurs alpins. On les trouve souvent en bandes d'une centaine d'individus ou plus, en compagnie d'autres oiseaux des régions montagneuses. Ces prunillidés se nourrissent sur les sols rocheux. Ils sautillent tranquillement dans les crevasses sous les blocs de pierre, faisant entendre un faible gazouillis. Leur vol est rapide et semblable à celui des fringillidés. Quand elles sont dérangées, les bandes vont et viennent autour des versants des collines, montant et descendant avec des ondulations désordonnées avant de se poser. En hiver, quand ils se perchent sur les branches nues, les accenteurs de l'Himalaya se serrent les uns contre les autres comme les étourneaux qui se reposent.
Les mouvements de ces oiseaux sont peu connus. On sait simplement qu'ils descendant dans les vallées à plus basse altitude en hiver. Les accenteurs de l'Himalaya hivernent dans l'Himalaya, du nord du Pakistan jusqu'au Bhoutan et peut-être dans d'autres régions où ils ne nichent pas en été. Au Tien Shan, ils sont de retour sur leurs lieux de nidification en avril.

Alimentation mode et régime

En été, les accenteurs de l'Himalaya consomment principalement des invertébrés. En hiver, ils ingurgitent des graines qui sont complétées avec des baies. Ces oiseaux sont réputés pour se nourrir de mouches (diptères), de papillons, de coléoptères, de sauterelles et de criquets, d'araignées, de petits escargots et d'oisillons. Ils recherchent leur pitance en fouillant à terre de manière très discrète et en se courbant très près du sol. En hiver, les accenteurs de l'Himalaya prospectent en troupes de 30 à 100 individus. Ils se joignent parfois aux accenteurs alpins (Prunella collaris) et aux roselins de Hogdson (Leucosticte nemoricola).

Reproduction nidification

La saison de reproduction se déroule de mai à août. Au cours de cette période relativement étendue, il y a habituellement 2 nichées. Peu de détails sont connus sur son système de nidification, on pense généralement que l'accenteur de l'Himalaya est monogame mais on ignore précisément le rôle des parents. Toutefois, le vol nuptial regroupant 4 ou 5 oiseaux rappelle par bien des aspects celui des accenteurs alpins qui sont polygynandriques (plusieurs mâles se reproduisant avec plusieurs femelles et vice versa). Les femelles et les mâles sont parfois agressifs, mais ce n'est pas forcément une manifestation de leur territorialité.
Le nid est une coupe volumineuse construite avec des racines, des herbes, des fibres végétales et de la mousse. Il est garni avec du crin et de la fourrure, placé sur le sol dans un trou situé sous une motte d'herbe ou sous un rocher.
La ponte comprend 4 ou 6 œufs que la femelle couve en solitaire pendant 13 jours. Les jeunes sont nourris par les 2 parents et ils séjournent au nid pendant une période indéterminée. La productivité des nids n'est pas bien connue, mais près d'un quart d'entre eux sont sans doute détruits par les prédateurs.

Distribution

Les accenteurs de l'Himalaya sont originaires du centre du continent asiatique. Leur aire de distribution couvre les montagnes du sud de la Russie (de l'Altaï jusqu'aux régions situées à l'est du lac Baïkhal). Elle s'étend aussi sur les zones montagneuses du nord-ouest du Tibet, en direction du sud jusqu'au Pamir et au Tien Shan. En dehors de la période de nidification, ces oiseaux vivent dans l'Himalaya, du Pakistan jusqu'au Sikkim, dans l'extrême est de l'Inde. Les limites de l'aire de répartition, surtout en hiver, ne sont pas établies avec précision. Cette espèce est considérée comme monotypique.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle est considérée comme localement commune . Dans le sud de la Sibérie, plus précisément dans la toundra alpine de Sayano-Shushensky, elle est estimée comme la seconde espèce la plus commune, avec près de 10 oiseaux /kilomètre carré. En Hiver, sa densité est variable dans le nord du sous-continent indien. D'après Birdlife, les effectifs sont inconnus et la superficie de l'aire avoisine les 900 000 kilomètres carrés.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 03/04/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net