Astrild à joues orange

Estrilda melpoda - Orange-cheeked Waxbill

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Estrildidés

  • Genre
    :

    Estrilda

  • Espèce
    :

    melpoda

Descripteur

(Vieillot, 1817)

Biométrie
  • Taille
    : 10 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Les sexes sont identiques. Chez l'adulte, le dessus de la tête, du front jusqu'à la nuque, est gris, avec une nuance légèrement plus sombre sur la nuque et les côtés de cou. Les lores, le dessus de l'oeil, les couvertures auriculaires et les joues sont orange foncé, ce qui représente d'assez loin le caractère distinctif le plus remarquable. La superficie et l'intensité de l'orange est variable selon les individus, quelques-uns étant plus jaune qu'orange. Le manteau, le dos et la zone qui va des scapulaires jusqu'aux couvertures alaires sont brun chaud. Les plumes de vol sont brun noirâtre mais les tertiaires et les secondaires sont bordées de brun plus foncé. Le croupion et les couvertures sus-caudales présentent une teinte rouge, rouge-orange ou orange légèrement plus clair. La queue est longue et étroite lorsqu'elle est fermée, étagée et en forme de coin quand elle est déployée. Elle affiche une couleur brun noirâtre, avec un peu de rouge sur les bordures à la base des plumes et parfois du blanc sur les extrémités des rectrices extérieures. Le menton et la gorge sont blanchâtres mais la poitrine et la partie supérieure des flancs peuvent être chamois ou chamois-gris Le ventre et la partie basse des flancs sont chamois-brun, la zone anale jaunâtre ou orange clair. Le desssous de la queue est chamois pâle.
Le bec, court et trapu, est rouge cireux ou orange foncé, l'iris est brun ou brun rougeâtre. Les pattes et les pieds sont brun sombre.
Les juvéniles ressemblent beaucoup aux adultes. Toutefois la face est plus claire, le capuchon et la nuque sont brun ou brun-chamois au lieu de gris. Le croupion est plus pâle, moins orange brillant. Les parties inférieures sont bien plus chamoisées et moins grises que chez les adultes. Le bec est noir.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Estrilda melpoda melpoda (w, c)
  • Estrilda melpoda tschadensis (e Nigeria, n Cameroon and Chad)

Noms étrangers

  • Orange-cheeked Waxbill,
  • Estrilda carinaranja,
  • Face-laranja,
  • Orangebäckchen,
  • narancsarcú asztrild,
  • Оранжевощёкий астрильд,
  • 橙颊梅花雀,
  • Oranjekaakje,
  • Estrilda guancearancio,
  • Orangekindad astrild,
  • Oransjekinnastrild,
  • astryld złotolicy,
  • astrilda oranžolíca,
  • astrild oranžovolící,
  • Orangekindet Astrild,
  • savannivahanokka,
  • ,
  • ホウコウチョウ,

Voix chant et cris

Astrild à joues orange
adulte

L'astrild à joues orange possède une communication particulièrement riche, pas moins de quatre cris différents étant répertoriés. Le cri de contact est une douce note haut perchée et souvent répétée. Il émet également un 'srii-srii-srii-srii' enthousiaste. Son cri d'alarme est un 'tsit-tsit' ou un 'tsiiit-tsiit' véhément. Son chant est un recueil de nombreuses notes courtes 'di-di-di-swiiii, swiiii, swiiii' ou 'tsii-rii-rii, tsii-rii-rii, tsii-rii-rii'.

Habitat

Commun, localement commun ou abondant, on trouve l'astrild à joues orange dans une grande variété d'habitats. Il fréquente les savanes boisées, les clairières herbeuses à la lisière des zones cultivées, les marécages et les bordures des forêts. On le trouve aussi dans les fourrés et les parcelles de mauvaises herbes, y compris dans les jardins si ces derniers proposent des ressources en nourriture qui soient disponibles. L'astrild à joues orange est présent sur le continent africain sous la forme de deux sous-espèces : la race nominale, Estrilda melpoda
melpoda vit au Sénégal, en Gambie, dans le sud du Mali et à travers toute l'Afrique Occidentale en direction du sud et du sud-est jusqu'au Cameroun et la République Centrafricaine. Son aire se poursuit dans le nord du Congo, à l'ouest et au nord du Zaïre, dans le nord de la Zambie et de l'Angola. La sous-espèce Tschadensis habite le nord de l'Adamawa, le Cameroun, les rives du lac Tchad et le sud de la république tchadienne. Des croisements peuvent intervenir dans les zones ou les deux aires de distribution se chevauchent.

Comportement traits de caractère

On observe habituellement cet oiseau en couple ou en petits groupes, mais en dehors de la saison de reproduction, il se regroupe en bandes de taille plus importante. Ces bandes sont souvent monospécifiques, mais il se mêle aussi parfois à d'autres espèces d'astrilds ou de capucins, surtout dans les dortoirs et dans les lieux communs de nourrissage. Néanmoins, il évite généralement les zones où les astrilds ondulés sont nombreux. Les astrilds à joues orange sont sédentaires, toutefois des mouvements locaux interviennent à proximité des côtes du Ghana et également dans d'autres régions d'Afrique Occidentale en dehors de la période de nidification.

Alimentation mode et régime

Les astrilds à joues orange se nourrissent dans les hautes herbes, de graines qu'ils saisissent sur les tiges à proximité des épis. Ils s'alimentent également au sol de graines tombées. Quelques petits insectes sont également ingurgités.

Reproduction nidification

La reproduction peut intervenir à tout moment de l'année mais elle est plus fréquente au printemps lorsque les températures commencent à être plus importantes. Le nid est placé généralement à moins d'un mètre de hauteur, bien dissimulé dans les ajoncs ou sur la branche basse d'un conifère. L'incubation dure entre 12 et 14 jours. Les deux partenaires se relaient pour couver pendant la journée, la femelle reste seule au nid pendant la nuit. Contrairement à certains estrildidés, les astrilds à joues orange ne construisent pas de nids de repos, toutefois ils occupent le nid unique, une fois que les jeunes se sont envolés afin de leur assurer la sécurité d'un hébergement. Ces derniers reviennent en effet se reposer au nid pendant les deux semaines qui suivent leur envol.

Distribution

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 22/07/2006 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net