Bécassine sourde

Lymnocryptes minimus - Jack Snipe

Systématique
  • Ordre
    :

    Charadriiformes

  • Famille
    :

    Scolopacidés

  • Genre
    :

    Lymnocryptes

  • Espèce
    :

    minimus

Descripteur

Brünnich, 1764

Biométrie
  • Taille
    : 19 cm
  • Envergure
    : 38 à 42 cm.
  • Poids
    : 35 à 70 g
Longévité

5 ans

Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Scolopacidés constituent, avec les Charadriidés, un groupe d'oiseaux appelés limicoles, c'est à dire littéralement "oiseaux de rivages". Les Scolopacidés sont majoritairement des oiseaux migrateurs de l'hémisphère nord, mais seul le continent antarctique en est dépourvu. Ce sont des ois... lire la suite

Description identification

De taille variable, certains oiseaux ne dépassent pas le volume d'une alouette, d'autres atteignent les dimensions d'une grive et peuvent peser jusqu'à 120 grammes. On peut cependant les reconnaître facilement du premier coup en raison de leur queue pointue, de leurs ailes aux rémiges secondaires en pointe d'une teinte générale ardoise avec une rayure blanche au bas des couvertures. La tête est plus massive, le bec assez haut à la base et relativement court. Cependant, ce sont les reflets somptueux de leur manteau , variant du vert métallique au violet pourpre, qui attirent le plus l'attention.

Les bécassines sourdes ont un dessin de la tête assez caractéristique, une seule bande brune assez large occupant la partie supérieure de la calotte, ponctuée au centre de petits points roux. Une mince ligne noire partage le large sourcil blanchâtre à sa partie moyenne. Le dos est mélangé de noir velouté et de roux, et cette teinte s'étend jusqu'aux sus-caudales où elle devient plus brune. La raie classique qui sépare les plumes du dos des scapulaires est d'un beau jaune clair. Les scapulaires sont noires bordées de roux-vif. Le ventre et les flancs sont blancs, les sous-caudales rousses avec des flammèches noires. Le cou, la poitrine, le menton et les joues sont assez semblables à ceux de la bécasse commune, néanmoins la tache allongée de la joue s'étend de l'oreille au bec. La queue en fer de lance est composée de douze rectrices effilées noires et rousses. Le bec est rosé ou verdâtre à la base, noirâtre à la pointe, les pattes sont vertes et l'oeil brun.

Les sexes sont semblables, les jeunes ont des couleurs moins vives, plus claires et les pattes jaunes.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Jack Snipe,
  • Agachadiza Chica,
  • Narceja-galega,
  • Zwergschnepfe,
  • Kis sárszalonka,
  • Bokje,
  • Frullino,
  • Dvärgbeckasin,
  • Kvartbekkasin,
  • močiarnička tichá,
  • slučka malá,
  • Enkeltbekkasin,
  • jänkäkurppa,
  • becadell sord,
  • Dvergsnípa,
  • bekasik,
  • vistilbe,
  • puklež,
  • Гаршнеп,
  • コシギ,
  • 姬鹬,
  • นกปากซ่อมเล็ก,
  • 小鷸 〔小田鷸,姬鷸〕,

Voix chant et cris

En parade, elle émet des cris étouffés et très particuliers rappelant le galop lointain d'un cheval 'popolopp-popolopp-popolopp'.

Habitat

Ce petit limicole, encore plus délicat que ses congénères, est un habitant de régions plus froides, nichant en Scandinavie, en Fin lande, dans le nord de la Russie et dans toute la Sibérie jusqu'à 70° de latitude nord. Sa migration d'hiver le mène cependant très au sud jusqu'au Cambodge et sur les rives de l'océan Indien. Il ne descend pas plus loin en Afrique Occidentale que ses congénères. On ne le connaît pas comme nicheur en Europe Occidentale.

Les premiers migrateurs arrivent dans nos régions vers le milieu d'octobre. Beaucoup s'y cantonnent définitivement du moins jusqu'aux grandes gelées. Au printemps, les bécassines sourdes sont assez discrètes et on observe peu d'oiseaux rassemblés. Sous nos latitudes, elles adoptent les mêmes attitudes que les espèces voisines, fréquentent les marais d'eau douce mais s'enfoncent beaucoup plus en avant dans la végétation dense, à la manière des râles, si bien qu'il est rare de la voir prendre son vol et émerger du couvert.

Comportement traits de caractère

Contrairement à leurs cousines les bécasses, les bécassines ne vivent pas seules, bien que la bécassine sourde soit la plus solitaire. En cas de danger, elle se plaque au sol pour se confondre avec la végétation. Elle peut parfois se laisser approcher à très courte distance avant un envol silencieux et hésitant. La parade nuptiale est spectaculaire.
Le vol : La bécassine sourde décolle très près de l'observateur, presque sous ses pieds, souvent silencieusement , voletant avec des battements d'ailes assez hésitants et se reposant après un vol bref ou s'élevant très haut sans effectuer de zigzags ou d'écarts et sans émettre de cris contrairement aux habitudes de la Bécassine des marais.

Alimentation mode et régime

La bécassine sourde se nourrit en agitant le corps de bas en haut, de manière élastique. Elle fouille le sol à la recherche de vers et de vermisseaux, mais elle ingurgite également des insectes (des petits coléoptères et leurs larves), des mouches et des mollusques aquatiques et des escargots. Elle complète parfois son régime avec des végétaux tels que des graines et des plantes aquatiques.

Reproduction nidification

Le nid ressemble à celui des autres espèces. Il est situé au sol en terrain découvert dans les forêts du Nord. Les quatres oeufs, presque aussi gros et généralement d'un gris jaunâtre avec des taches violacées, sont couvés uniquement par la femelle pendant une période qui varie de 17 à 24 jours.

Distribution

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 01/07/2003 par Didier Collin avec la participation de Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net