Blongios mandchou

Ixobrychus eurhythmus - Von Schrenck's Bittern

Systématique
  • Ordre
    :

    Pélécaniformes

  • Famille
    :

    Ardéidés

  • Genre
    :

    Ixobrychus

  • Espèce
    :

    eurhythmus

Descripteur

Swinhoe, 1873

Biométrie
  • Taille
    : 39 cm
  • Envergure
    : 55 à 59 cm.
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Ce petit blongios présente un dessus châtain-brun foncé contrastant avec le capuchon et la queue qui sont brun noirâtre. En vol, la tache chamois des couvertures alaires met en valeur la couleur plomb des rémiges. Le dessous des ailes est gris perle. La mandibule supérieure est brun-corne foncé alors que la mandibule inférieure affiche une couleur jaune verdâtre. Les iris sont jaunes, les lores vert-olive avec parfois une légère nuance rose ou violet. Les pattes sont brun verdâtre terne mais les semelles des pieds sont jaunâtres. Chez les femelles et les immatures, le dos et les ailes sont bruns avec des taches blanches, brunes et noires. Les parties inférieures sont fortement striées de blanc et de brun. Le dessous des ailes gris est très évident, même chez les juvéniles. Le dessus des ailes est moins contrasté que chez les mâles adultes en raison de la couleur rousse des couvertures et des rémiges internes.
Pendant la saison de nidification, les parties nues subissent apparemment quelques légères transformations, ce qui les distingue des blongios cannelles (Ixobrychus cinnamomeus). Le blongios mandchou est en effet souvent confondu avec ce dernier et avec le blongios de Chine (Ixobrychus sinensis). Toutefois, il a une taille plus modeste que ces deux espèces. D'autre part, il a un dessus plus sombre et le contraste entre les couvertures alaires et les rémiges est plus flagrant. La ressemblance entre ces 3 espèces a conduit dans le passé à des erreurs d'identification assez importantes : le blongios mandchou a en effet été confondu avec un juvénile du blongios cannelle. Il a parfois été identifié comme une phase sombre de cette dernière espèce. A un moment donné, il a même été considéré comme un hybride du blongios cannelle et du blongios de Chine.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Von Schrenck's Bittern,
  • Avetorillo Manchú,
  • Garçote da Manchúria,
  • Mandschurendommel,
  • vörhenyes törpegém,
  • Амурский волчок,
  • 紫背苇鳽,
  • Mantsjoerijse Woudaap,
  • Tarabusino di Schrenk,
  • Schrencks dvärgrördrom,
  • Orientrørdrum,
  • bączek amurski,
  • bučiačik gaštanový,
  • bukáček východní,
  • Mørk Dværghejre,
  • kastanjapikkuhaikara,
  • ,
  • オオヨシゴイ,

Voix chant et cris

Lorsqu'il est en vol, le blongios manchou produit un cri rauque et bas. Pendant la période de reproduction, il émet des "gup-gup-gup" réitérés. Par la voix, cette espèce se distingue assez nettement de ses proches parents, le blongios cannelle et le blongios de Chine, qui ont une communication plus rude et plus puissante.

Habitat

Les blongios mandchous préfèrent les régions de plaine, les larges vallées fluviales et les zones proches du littoral avec des prairies herbeuses et des marécages. Bien qu'ils apprécient les zones de hautes herbes qui leur servent de refuge en cas de danger, ils tolèrent plus facilement les habitats plus arides et les régions d'arbres clairsemés que les autres blongios. Dans le sud de la Sibérie, les blongios mandchous nichent à proximité des habitations et des réservoirs qui servent à l'usage des villages. Dans la province du Hebei, ils fréquentent avec assiduité les rizières alors que plus au sud, dans le Fujian, ils se reproduisent principalement dans les vallées cultivées qui bordent les collines.

Comportement traits de caractère

On ne possède aucune information détaillée sur leur mode d'alimentation. Les blongios mandchous sont en effet des oiseaux très furtifs et ils n'émergent de la végétation qu'au crépuscule pour trouver des proies, rampant sur le sol à la manière des chats. Ils se réfugient dans les hautes herbes pointues à la moindre alerte. Ces oiseaux sont de grands migrateurs. A la fin de l'été, ils se déplacent vers le sud jusqu'en Indonésie. Ils fréquentent les quartiers d'hivernage d'octobre à février. Les premiers retours s'amorcent à la fin mars. Les blongios qui habitent dans le sud parviennent sur leurs lieux de nidification à la fin avril ou au début du mois du mois de mai. Les populations les plus nordiques n'atteignent les leurs qu'au mois de juin.

Alimentation mode et régime

Grâce à la capture d'oiseaux dans le Hebei, on possède une idée assez précise de leur alimentation. Les blongios mandchous consomment principalement des poissons, en particuliers des carpes (Carassisus auratus), des loches (Misgurnus anguillicaudatus) et des éléotridés. Ils ingurgitent également des crevettes, des isopodes, des libellules et des larves d'insectes. A Bornéo, les blongios qui vivent dans les régions montagneuses en hiver, apprécient particulièrement les criquets terrestres.

Reproduction nidification

En dehors de cris bruyants du mâle, on ne connaît pas grand chose sur les parades nuptiales. Toutefois, il est probable que les taches sombres et les plumes bordées de chamois du cou des mâles jouent un rôle non négligeable dans les rituels de séduction. Les couples nichent en solitaire. Le nid est construit par la femelle avec des bouts de roseaux secs et des herbes. Il a la forme d'un cône inversé et la coupe est très profonde. L'intérieur est garni avec des feuilles et de l'argile, sans doute pour procurer une bonne étanchéité et éviter que les infiltrations d'eau ne viennent noyer la ponte. Le nid est placé à terre ou à faible hauteur au-dessus du sol. Il est souvent bien dissimulé par les herbes ou par les broussailles. Parfois, il est situé dans une roselière épaisse à 1 mètre au-dessus de l'eau. La ponte comprend 3 à 5 œufs blancs dont la taille mesure environ 32 millimètres sur 20. Ils ont une forme plus arrondie que ceux du Blongios nain (Ixobruchus minutus). Les deux parents couvent à tour de rôle et l'incubation commence dès le premier œuf. Les naissances sont donc échelonnées. Le mâle accomplit le plus gros de la tâche en ce qui concerne l'alimentation des jeunes.

Distribution

Les blongios manchous sont originaires du continent asiatique. Ils nichent à Sakhaline, dans le nord du Japon, en Corée et dans la Sibérie Orientale de Vladivostock jusqu'au lac Baïkal. Leur aire de nidification se poursuit vers le sud en Mandchourie, aux alentours de la mer Jaune, dans l'est et le sud de la Chine jusqu'à Hongkong. A partir du mois d'août, cette espèce migre vers le sud. Elle prend alors ses quartiers d'hiver dans le sud du Japon, aux Philippines, en Chine Méridionale, en Indochine, dans la péninsule malaise et dans les grandes îles de la Sonde jusqu'à Sulawesi. Le blongios mandchou est considéré comme une oiseau monotypique c'est à dire qu'en dépit de son territoire très étendu, il n'est pas divisé en sous-espèces.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

On ne possède pas d'idée précise sur la taille de la population globale. D'après Birdlife, les effectifs seraient compris entre 1000 et 25000 individus. Au Fujian, dans le sud de la Chine, c'est une espèce assez courante, bien que les reproducteurs ne soient pas très nombreux. Birdlife et l'IUCN classent cet oiseau dans la catégorie de ceux qui ne posent pas de problème majeur.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 21/08/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net