Bouvreuil des Açores

Pyrrhula murina - Azores Bullfinch

Bouvreuil des Açores
♂ adulte nuptial
Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Fringillidés

  • Genre
    :

    Pyrrhula

  • Espèce
    :

    murina

Descripteur

Godman, 1866

Biométrie
  • Taille
    : 17 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 30 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Fringillidés sont des passereaux de taille petite à moyenne (9 à 25 cm de longueur). Leur plumage est extrêmement variable et souvent haut en couleurs. Leur bec court et conique est adapté à une alimentation granivore, mais non exclusive. Ils occupent des milieux souvent dominés par les l... lire la suite

Description identification

Le Bouvreuil des Açores, Priôlo en portugais, a la taille, la silhouette et l'allure du Bouvreuil pivoine, mais s'en distingue facilement à la coloration du plumage. Contrairement à ce dernier, il ne présente pas de dimorphisme sexuel important.
L'adulte rappelle la femelle du pivoine. La disposition des parties noires sur la tête, les ailes et la queue est la même. Le noir est également brillant avec des reflets bleu sombre. C'est le reste qui diffère. Les parties supérieures (nuque, manteau, dos et couvertures alaires, à l'exception de la base des grandes couvertures qui est noire) sont d'un gris moyen nuancé de beige. La gorge et les joues présentent une teinte saumonée caractéristique. Le croupion a un peu la teinte des joues, peut-être un peu plus pâle, mais jamais blanc comme chez pyrrhula. Pas de blanc non plus dans l'aile. Les sus-caudales sont noires comme les rectrices. Les parties inférieures sont d'un blanc grisâtre avec une très légère nuance rosée ou vineuse. Les sous-caudales sont de la couleur des joues, couleur un peu plus marquée chez le mâle. L'iris est très sombre. Le bec noir est plus massif encore que celui de P. pyrrhula. Les pattes sont brun rougeâtre.
Le juvénile est semblable à l'adulte, mais avec une teinte roussâtre aux grandes couvertures.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Azores Bullfinch,
  • Camachuelo de las Azores,
  • Priôlo,
  • Azorengimpel,
  • azori-szigeteki süvöltő,
  • Azorengoudvink,
  • Ciuffolotto delle Azzore,
  • Azorisk domherre,
  • Asordompap,
  • hýľ azorský,
  • hýl azorský,
  • Azorerdompap,
  • azorienpunatulkku,
  • pinsà borroner de les Açores,
  • Asorpápi,
  • gil azorski,
  • azorski kalin,
  • Азорский снегирь,
  • アゾレスウソ,
  • 聖米格爾紅腹灰雀,
  • 葡萄牙灰腹灰雀,

Voix chant et cris

Le cri habituel, celui qui permet de repérer l'oiseau dans son habitat dense, est un "iuh" très proche du cri du Bouvreuil pivoine, mais un peu plus doux, parfois un peu claironnant avec l'excitation. De près, on note de petits cris de contact peu audibles et de tonalité élevée, comme des notes d'une trompette lointaine, qui signent sa présence. Le chant est une suite lente de notes, certaines rappelant le cri, d'autres un peu plus dures et qui détonent.

Habitat

Le Bouvreuil des Açores est inféodé à la laurisylve, au dessus de 400 m d'altitude. Cet habitat se compose entre autres des espèces ligneuses natives suivantes, le Laurier des Açores Laurus azorica, le Houx des Açores Ilex azorica, la bruyère arbustive Erica azorica, le genévrier Juniperus brevifolia, le prunier Prunus lusitanica ssp azorica, l'airelle Vaccinium cylindraceum, et la viorne Viburnum treleasei. Les herbacées telles que la luzule Luzula azorica, la Scrophulaire à oreillettes Scrophularia auriculata, diverses fougères, sont également présentes et jouent un rôle dans l'alimentation du bouvreuil. De nombreuses plantes allochtones ont été introduites aux Açores, telles que Hedychium gardenarium de la chaîne de l'Himalaya ou Gunnera chilensis du Chili. Elles empiètent sur la laurisylve originelle, mais peuvent être exploitées par l'oiseau pour certaines d'entre elles. Le bouvreuil fréquente marginalement les boisements denses de Cryptomeria japonica, une essence forestière introduite pour la production de bois et couvrant actuellement de vastes surfaces. Il peut y construire son nid.

Comportement traits de caractère

Le Bouvreuil des Açores mène une vie discrète dans son habitat arbustif et arborescent dense qui s'apparente souvent à un maquis impénétrable. S'il n'y avait son cri typique, il y passerait volontiers inaperçu. Mais dès lors qu'on est attentif avec l'oreille aux aguets, on le repère assez facilement. Ce n'est pas un oiseau farouche et, la chance aidant, on peut faire de belles observations rapprochées. Il lui arrive de quitter son habitat fermé à la recherche des herbacées dont il se nourrit, par exemple sur le bord des routes et dans les coupes et replantations forestières.
On l'observe le plus souvent par couples, ou alors en petits groupes familiaux après la reproduction.
C'est évidemment un sédentaire, simplement soumis à quelques déplacements altitudinaux saisonniers.
Le vol : Il ne diffère pas de celui de son cousin pivoine.

Alimentation mode et régime

Le Bouvreuil des Açores est un végétarien exclusif qui consomme suivant la saison graines, bourgeons végétatifs ou floraux, inflorescences et fructifications diverses. Nous avons constaté son appétence pour une herbacée comme la Scrophulaire à oreillettes dont il consomme les bourgeons floraux en début de saison et les graines plus tard. Le Houx des Açores est réputé jouer un grand rôle, en particulier comme aliment alternatif en cas de pénurie d'autres items et il est un moment critique en avril où l'espèce se rabat sur ses fleurs. Il exploite aussi volontiers en début de saison les jeunes rameaux de Laurier des Açores. C'est aussi la seule espèce locale à consommer des sporanges et de jeunes frondes de fougères ou des capsules de mousses. Il est capable aussi de tirer partie d'espèces allochtones comme la petite renouée Polygonum capitatum dont il consomme les inflorescences ou la brunelle Prunella vulgaris pour ses graines. Au total, 37 espèces végétales rentrent dans l'alimentation du bouvreuil.

Reproduction nidification

Elle est mal connue. On sait que la reproduction est tardive, n'intervenant qu'en juin. Il y aurait néanmoins 2 pontes successives. Le nid est réputé placé haut dans un arbre, à plus de 5 m, par exemple dans un Cèdre du Japon. Mais avant que cet arbre exotique ne soit planté, le nid devait être construit dans une essence indigène comme le Genévrier des Açores Juniperus microphylla.
Le nid ressemble à celui du Bouvreuil pivoine. La ponte est de 2 à 3 œufs.

Distribution

La distribution du Bouvreuil des Açores est restreinte à l'île de Sao Miguel dans l'archipel des Açores. Et sur cette île, on ne le trouve que dans la partie montagneuse du nord-est dans une aire limitée où son habitat est présent, entre Nordeste au nord et Povoaçao au sud. L'aire est centrée sur le Pico da Vara, le sommet de l'île et son barycentre est la Serra da Tronqueira.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Dans un premier temps, le Bouvreuil des Açores était un oiseau commun dans son habitat, lui-même étendu. L'arrivée de l'homme au 15ème siècle a changé la donne, avec la destruction progressive de la laurisylve au profit de l'agriculture, de l'arboriculture puis de la sylviculture. Or, le bouvreuil est entièrement inféodé à cet habitat. De plus, très tôt, des espèces exotiques ont été introduites qui ont souvent pris le pas sur la végétation indigène. Lors de la période pendant laquelle l'île s'était orientée vers la production d'agrumes, le Bouvreuil des Açores, qui mangeait les bourgeons floraux des fruitiers, était considéré comme une peste et détruit en conséquence. Cela a cessé avec l'abandon de cette culture. Ensuite, ce fut la période "laitière" qui réclamait des terres. Ces dernières ont bien sûr été gagnées en partie sur l'habitat du bouvreuil, et cela perdure actuellement. Il faut savoir que les Açores représentent 25% de la production laitière du Portugal. Enfin, comme si cela ne suffisait pas, de vastes surfaces de moyenne altitude ont été plantées de Cèdre du Japon Cryptomeria japonica, monoculture dévastatrice pour l'habitat du bouvreuil qui progressivement s'est réduit à peu de chose. Le résultat a été la chute drastique de sa population qui s'est retrouvée au 20e siècle en danger critique d'extinction avec environ 200 individus recensés. C'était et c'est toujours une des espèces européennes les plus menacées.
Si l'on voulait éviter l'extinction de l'espèce, il fallait prendre des mesures d'urgence. Dès 2003, des actions de conservation ont été entreprises dans le cadre du programme Life Priolo, qui a pris fin en 2008. Un autre programme Life, appelé Laurisilva, a pris la relève et est en cours depuis le début de l'année 2009 sur les mêmes thématiques. Ces programmes sont coordonnés par la SPEA (Société Portugaise d'Étude des Oiseaux). Le but des actions est la reconstitution d'une laurisylve par contrôle des espèces invasives et replantation des espèces natives. Cette forêt ne sera pas vraiment celle d'origine mais s'en approchera, et ce pour le plus grand bénéfice indirect du bouvreuil. Et ces actions commencent à porter leurs fruits car la population de bouvreuils est remontée à quelque 800 individus au milieu des années 2010 et devrait poursuivre sa progression. L'espèce est passée de "en danger critique d'extinction" à simplement "en danger".

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 24/06/2017 par Jean François © 1996-2017 Oiseaux.net