Brillant impératrice

Heliodoxa imperatrix - Empress Brilliant

Systématique
  • Ordre
    :

    Apodiformes

  • Famille
    :

    Trochilidés

  • Genre
    :

    Heliodoxa

  • Espèce
    :

    imperatrix

Descripteur

Gould, 1856

Biométrie
  • Taille
    : 17 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 8.3 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez le Brillant impératrice, le bec est noir, les pattes sont gris sombre. La queue est de longueur variable, particulièrement chez les mâles adultes. Chez le mâle, le front, les lores, la gorge et la poitrine sont vert foncé scintillant. Une tache violet pâle de forme carrée décore le centre de la gorge. Le ventre est vert doré brillant, la calotte est vert foncé et le reste des parties supérieures est vert-bronze sombre. Les rectrices latérales sont allongées et elles sont nuancées de bronze.
Chez la femelle, le dessus et les rectrices centrales sont vert-bronze. Les rectrices latérales noir terne sont irisées de bronze. Le centre de la gorge et la poitrine sont grisâtres avec de petites mouchetures vertes, virant au vert-bronze sur les côtés et au vert doré sur l'abdomen.
Chez les immatures mâles, la tête, la gorge et la poitrine sont vert-bronze terne, le centre de la gorge est grisâtre. Les lores, le menton et les côtés de la gorge sont chamois brillant. Le vert doré du ventre est plus terne et plus bronzé. La queue est plus courte que chez l'adulte.
Les immatures femelles ont une gorge chamois comme le mâle adulte. Les plumes vertes ont des bordures chamois plus ternes que celles de leur mère.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Empress Brilliant,
  • Brillante Emperador,
  • Kaiserinbrillant,
  • Keizerinbriljantkolibrie,
  • Brillante di Eugenia,
  • Chocóbriljant,
  • Gaffelbriljant,
  • briliantovec cisárovnin,
  • kolibřík císařský,
  • Chocóbrillant,
  • keisarinnakolibri,
  • colibrí diamant emperadriu,
  • brylancik cesarski,
  • Королевский бриллиант,
  • エンビテリハチドリ,
  • 皇辉蜂鸟,
  • 皇輝蜂鳥,

Voix chant et cris

Quand ils chantent ou pratiquent le vol stationnaire, les Brillants impératrice émettent des "tsit" répétés.

Habitat

Les Brillants impératrice fréquentent les collines très humides et les forêts de nuage situées dans les zones de montagne modérée. On peut également les observer dans les lisières des zones boisées et dans les parcelles en cours de régénération entre 400 et 2 000 m d'altitude. Les deux membres du couples logent au niveau de la canopée et à des hauteurs un peu plus modérées le long des lisières.
Occasionnellement certaines femelles visitent les sous-bois.

Comportement traits de caractère

Les oiseaux-mouches figurent parmi les oiseaux qui possèdent l'un des métabolismes les plus élaborés. En raison de leur excellente respiration, leur rythme cardiaque particulièrement bon et leur température corporelle bien adaptée à leurs lieux de vie, les Brillants impératrice sont très actifs et fréquentent le mangeoires durant toute la journée. Les jours qui précèdent les migrations, ils y reviennent tous les quarts d'heure et ingurgitent jusqu'à 3 à 10 fois leur poids pour faire des réserves en vue du voyage. Peu avant le départ, ces oiseaux accumulent leurs réserves de graisse et doublent parfois leur masse.
Pour conserver leur énergie, ces colibris ne mangent pas la nuit, ils entrent dans un état de torpeur temporaire. Pendant ce moment de léthargie, les brillants perdent dramatiquement du poids. Les battements du cœur ralentissent et la respiration cesse parfois, ce qui permet d'économiser une grande partie du carburant moteur. À ce moment de la journée, les Brillants impératrice restent immobiles sur leur perchoir et donnent l'impression d'être sans vie. Les brillants sont capables de rester immobiles jusqu'à ce qu'une alerte ne vienne perturber leur attitude au cours de laquelle ils se tiennent souvent la tête en bas. Au lever du jour, la température corporelle reprend son taux normal et l'oiseau met fin à sa période "d'animation suspensive". Pendant la période d'incubation, les femelles renoncent à entrer dans une séance de torpeur.

Alimentation mode et régime

Les Brillants impératrice consomment du nectar qu'ils attrapent dans une grande variété de plantes fleurissantes.
Les fleurs sélectionnées ont une haute teneur en sucre (souvent des plantes écarlates de forme tubulaire). Ils prospectent dans les feuillages et défendent avec agressivité les zones qui produisent une quantité abondante de ressources. Ils utilisent leur longue langue extensible pour extraire le nectar et ils pratiquent le vol stationnaire pour se stabiliser et faciliter leur prise de nourriture. Ils sucent la plante jusqu'à 13 fois par seconde. Parfois, ils adoptent une position acrobatique, la tête à l'envers.
Les Brillants impératrice se révèlent inaptes pour polliniser certaines catégories de fleurs à cause de l'intervention préalable des abeilles et des papillons.
Les juvéniles visitent les mangeoires artificielles, pour se baigner d'eau sucrée et s'y désaltérer sur le bord. Ils ingurgitent également des arthropodes (insectes araignées) qui constituent de très bonnes sources de protéines en été. Les insectes sont capturés aussi par poursuite aérienne.

Reproduction nidification

Le Brillant impératrice est solitaire dans tous le secteurs de son activité hormis pendant la saison de nidification. L'unique processus dans lequel il est impliqué seul est l'établissement de liens conjugaux avec la femelle.
Par ailleurs, ils ne vit jamais en collectivité et ne se déplace que très rarement en bandes. Il n'y a pas de liens conjugaux solides entre les 2 partenaires.
Les mâles courtisent les femelles sur lesquelles ils ont jeté leur dévolu en effectuant un vol en forme de "U" qu'ils réalisent en se positionnant l'un face à l'autre. Ils mettent un terme à leurs relations conjugales aussitôt après la copulation. Un mâle peut entretenir des rapports avec plusieurs femelles. De même, les femelles peuvent prendre l'initiative de plusieurs relations.
Le mâles ne jouent aucun rôle dans le choix du site. La construction du nid et l'éducation des jeunes est le rôle exclusif des femelles.
Ces dernières ont la responsabilité exclusive de l'édification du nid en forme de coupe avec des fibres végétales qui sont mêlées ensemble. La mousse verte sert à la garniture de la paroi extérieure. L'édifice est bien camouflé dans des broussailles, des buissons ou des arbustes qui leur garantissent une excellente protection. La finition est réalisée par l'ajout de fibres, de crin animal, des herbes et des épiphytes.
Souvent, ces oiseaux sont à la pointe de la technique, ils utilisent des matériaux qui se contractent et qui se rétractent pour fournir un espace plus ou moins grand selon le nombre de poussins et selon l'espace qu'ils nécessitent à cause de la taille variable de la couvée.
Le nid est placé sur une branche horizontale peu épaisse. La ponte contient 2 œufs blancs que la femelle couve seule. Les oisillons naissent aveugles, immobiles et nus. La femelle prend en charge la plupart des obligations parentales, elle gave ses jeunes en leur introduisant directement les aliments dans le tube digestif grâce à son long bec.
Les petits sont assez autonomes à l'intérieur du nid, ils quittent leur lieu de naissance une dizaine de jours après l'éclosion.

Distribution

Les Brillants impératrice sont originaires du nord-ouest de l'Amérique du Sud. On les trouve sur le versant pacifique des Andes du centre-ouest de la Colombie (sud du Choco) jusqu' au nord-ouest de l'Équateur (province de Pichincha). Cette espèce est considérée comme monotypique, c'est à dire qu'elle n'est pas subdivisée en sous-espèces.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les Brillants impératrice ne sont pas globalement menacés. Bien qu'ils occupent une aire de distribution assez réduite, on peut couramment les apercevoir dans le parc naturel du Choco, en Colombie.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 03/12/2017 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net