Chevalier guignette

Actitis hypoleucos - Common Sandpiper

Chevalier guignette
adulte transition
Systématique
  • Ordre
    :

    Charadriiformes

  • Famille
    :

    Scolopacidés

  • Genre
    :

    Actitis

  • Espèce
    :

    hypoleucos

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 21 cm
  • Envergure
    : 38 à 41 cm.
  • Poids
    : 40 à 60 g
Longévité

10 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Le plumage du Chevalier guignette est brun-gris barré de brun foncé sur le dessus qui contraste particulièrement avec le dessous blanc cassé. Le bec, long et rectiligne est un outil indispensable pour sonder la vase en quête de nourriture. Les pattes sont gris verdâtre pâle. En vol, on perçoit assez nettement la bande blanche qui traverse les ailes surtout lorsque celles-ci sont arquées vers le bas et battent par saccades. Également évident, le croupion sombre.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Common Sandpiper,
  • Andarríos Chico,
  • Maçarico-das-rochas,
  • Flussuferläufer,
  • Billegető cankó,
  • Перевозчик,
  • 矶鹬,
  • Oeverloper,
  • Piro piro piccolo,
  • Drillsnäppa,
  • Strandsnipe,
  • brodziec piskliwy,
  • kalužiačik malý,
  • pisík obecný,
  • Mudderklire,
  • rantasipi,
  • Gewone Ruiter,
  • イソシギ,

Voix chant et cris

Habitat

Durant la majeure partie de l'année, le Chevalier guignette fréquente les berges des étangs et des cours d'eau. Il préfère les bancs de galets aux rives sablonneuses, mais visite aussi les marais côtiers, la mangrove et les lagunes. Cet oiseau est capable d'exploiter la moindre pièce d'eau, depuis une digue inondée jusqu'à de simples flaques. La plupart des Chevaliers guignettes du nord de l'Eurasie parcourent chaque année des milliers de kilomètres entre leurs sites de nidification et leurs quartiers hivernaux dans le sud de l'Afrique, en Inde et dans le sud-est asiatique et en Australie.

Comportement traits de caractère

Le Chevalier guignette a des habitudes plutôt solitaires et s'observe généralement en petites bandes.

Alimentation mode et régime

Le Chevalier guignette trottine sur ses petites pattes à la limite de l'eau pour traquer les invertébrés. Toutes sortes d'insectes, des forticules aux papillons, tombent sous son bec effilé. Des araignées, des mollusques et des vers sont également capturés. Le guignette passe l'essentiel de sa journée à se nourrir, mais consacre quelques instants, au milieu de la journée, au repos et à la toilette de son plumage. Là où le bétail est présent, le guignette picore les bouses où abondent mouches et larves.

Reproduction nidification

La parade peut prendre place avant ou après la migration de printemps vers les zones de nidification. Des parades aériennes papillonnantes permettent de créer des liens au sein des couples. A cette époque, mâle et femelle chantent souvent tout en volant au ras de l'eau. Chaque couple établit son territoire au bord de l'eau et le défend âprement. La taille en est variable mais, dans les régions où la nourriture abonde, les couples peuvent n'être distant que de 120 mètres. Le nid est toujours au sol, près de l'eau, en général dans la végétation touffue. Il peut varier d'une simple cuvette à une coupe soignée et tapissée d'herbes que les oiseaux dissimulent avec divers végétaux Les œufs, au nombre de 3 à 5, sont beige-crème à vert pâle, tachetés de brun-rouge. Les deux adultes se partagent l'incubation qui dure entre 21 et 25 jours. Les œufs éclos, les parents guident les poussins loin du nid, vers un endroit riche en nourriture et à l'abri des prédateurs. Capables de se nourrir seuls presque tout de suite, les petits suivent les adultes pendant trois semaines, se figeant dès que leurs parents poussent un cri d'alarme. Le mâle quittent normalement la nichée au bout de 12 jours et est suivi, deux semaines plus tard, par la femelle. Les jeunes sont alors pratiquement capables d'effectuer le long voyage vers les quartiers d'hivernage.

Distribution

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 01/07/2003 par Didier Collin avec la participation de Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net