Conure veuve

Myiopsitta monachus - Monk Parakeet

Systématique
  • Ordre
    :

    Psittaciformes

  • Famille
    :

    Psittacidés

  • Genre
    :

    Myiopsitta

  • Espèce
    :

    monachus

Descripteur

(Boddaert, 1783)

Biométrie
  • Taille
    : 29 cm
  • Envergure
    : 43 à 48 cm.
  • Poids
    : 90 à 140 g
Longévité

20 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Chez les adultes, le front, la moitié antérieure du capuchon, les lores et les joues sont gris-cendre pâle. La nuque et l'arrière du capuchon sont vert-prairie se fondant dans le vert légèrement plus terne du manteau. Le dos, les scapulaires et le croupion sont vert-pré. Les couvertures primaires sont bleues, les autres couvertures vertes. Les rémiges ont un dessus bleu. Sur le dessous des ailes, les petites couvertures sont vertes alors que les grandes couvertures et les filets intérieurs des rémiges sont bleus.
La gorge et le haut de la poitrine sont gris cendré mais les extrémités plus foncées des plumes produisent un effet de barres. Le bas de la poitrine est jaune pâle. L'abdomen, les cuisses et la zone anale forment un ensemble vert clair.
Le dessus de la queue est vert, excepté les rectrices centrales qui sont bleu-turquoise. Le dessous de la queue est bleu verdâtre pâle.
Le bec est couleur corne, les iris sont bruns. Les pattes ont une teinte grise.

Indications subspécifiques 4 Sous-espèces

  • Myiopsitta monachus monachus (se)
  • Myiopsitta monachus luchsi (c Bolivia)
  • Myiopsitta monachus cotorra (s Bolivia, s Brazil, Paraguay and nw Argentina)
  • Myiopsitta monachus calita (w Argentina)

Noms étrangers

  • Monk Parakeet,
  • Cotorra Argentina,
  • Caturrita,
  • Mönchsittich,
  • barátpapagáj,
  • Калита,
  • 灰胸鹦哥,
  • Monniksparkiet,
  • Parrocchetto monaco,
  • Munkparakit,
  • Munkeparakitt,
  • mnicha nizinna,
  • mních zelený,
  • papoušek mniší,
  • Munkeparakit,
  • munkkiaratti,
  • ,
  • オキナインコ,

Voix chant et cris

La conure veuve est un oiseau très vocal avec un vocabulaire très étendu. Au repos comme en vol, il émet un "chape" métallique souvent suivi d'un "yee" terminal plus aigu. Les autres cris comprennent un bavardage musical "quak-quaki-quak-wi quarr", des crissements plus pénétrants. Pendant la parade, ces oiseaux produisent des cris rauques rapidement répétés. Quand ils se nourrissent, ils lancent de faibles notes sur le ton de la conversation. Les conures veuves chantent presque exclusivement à proximité des lieux où ils se reposent en commun.

Habitat

Les conures veuves fréquentent en priorité les contrées boisées arides ainsi que les autres boisements qui comprennent des arbres parsemés, y compris les galeries qui bordent les cours d'eau. On les trouve également dans les bouquets isolés, dans les plantations de palmiers, les groupements d'arbres, les savanes et les broussailles épineuses pourvues de cactus. Ils vivent aussi dans les zones cultivées et à la périphérie des villes qui possèdent des allées d'arbres. Ces oiseaux vivent généralement jusqu'à 1000 mètres d'altitude. Néanmoins, la race luchsi qui réside en Bolivie peut grimper jusqu'à 3000 mètres.

Comportement traits de caractère

Les conures veuves sont des oiseaux grégaires, ils vivent en couples ou en bandes de 30 à 50 oiseaux. Les rassemblements sont même plus importants en dehors de la saison de reproduction. Ces oiseaux établissent des dortoirs communs, occupant parfois les nids pendant la période hivernale. A cette époque de l'année, ils s'associent souvent avec d'autres espèces telles que les pigeons et les vachers du genre Molothrus.

Alimentation mode et régime

Conure veuve
adulte

Leur menu comprend habituellement une large variété de fruits et de graines sauvages ou cultivées. Les matières végétales qu'elles consomment comportent principalement des graines herbeuses, des jeunes pousses de cactus et des fruits arboricoles. Les conures veuves cherchent également des racines à terre. Pendant la nidification, les fruits ovoïdes oranges des talas (Celtis tala), les chardons et les noix de palmiers sont une resssource très importante. Le maïs, le sorgho et certaines céréales sont très appréciés, ce qui en fait un oiseau haï par les cultivateurs. En dehors des végétaux, ces oiseaux ingurgitent également quelques insectes et leurs larves.

Reproduction nidification

Conure veuve
adulte

La saison de nidification a lieu d'octobre à février. Dans les zones humides, les conures veuves nichent en colonies, elles bâtissent des nids de grande taille avec des bouts de bois qu'elles coupent avec leur bec dans les buissons du genre Celtis. La construction comprend souvent plusieurs chambres de ponte. Les nids sont souvent très rapprochés les uns des autres et ils sont occupés même en dehors de la période de reproduction, servant de reposoir. Les sites situés très en hauteur sont les plus appréciés, comme les cimes des eucalyptus, les sommets des pylones ou les toits des moulins à vent. Les nids des oiseaux de la race luchsi sont toujours placés dans un environnement de falaises. Dans les zones qui reçoivent peu de précipitations, les conures ont tendance à nicher en solitaire.
La ponte comprend généralement 5 à 7 œufs qui sont couvés pendant approximativement 24 jours. Les jeunes oisillons sont nidicoles et demeurent sur leur lieu de naissance pendant environ 6 semaines avant de prendre leur envol. Les couvées les plus productives sont généralement placées dans des eucalyptus introduits qui ont un rendement bien supérieur à celui de la végétation locale. Assez étrangement, le taux de réussite des nichées est plus important chez les perroquets dont la taille de la ponte est élevée.

Distribution

La conure veuve vit dans les plaines du sud du continent américain, à l'est des Andes, de la Bolivie jusqu'à la Patagonie, en passant par le sud du Brésil (Mato Grosso, Rio Grande do Sul), le Paraguay, l'Uruguay et les provinces les plus au nord de l'Argentine (Jujuy, Missiones, Chaco, Santa Fé, Buenos-Ayres jusqu'au Rio Négro). Sur ce vaste territoire de près de 3 millions de kilomètres carrés, on reconnaît officiellement. 4 sous-espèces : M. m. monachus (Uruguay, Argentine dans les provinces de Santiago del Estero, Cordoba, Santa Fé, Entre Rios et Buenos Ayres) - M. m. calita (Argentine, dans les provinces de Santa Cruz et Tarija, Bolivie, Paraguay) - M. m. cotorra (sud du Brésil dans les provinces du Mato Grosso, Mato Grosso do Sul et probablement Rio Grande do Sul, Argentine dans les provinces de Formosa, Chaco, Santa Fé, Corrientes, Missiones, aussi le long du Rio Paraguay et du Rio Parana) - M. m. luchsi (sud et extrême centre de la Bolivie).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le conures veuves ne sont pas globalement menacées. Bien au contraire, elles sont plutôt communes sur l'ensemble de leur aire de distribution. En Uruguay et au Rio Grande do Sul, elles semblent très abondantes. Elles apprécient particulièrement les introductions d'eucalyptus et les zones de cultures vivrières. Les conures veuves sont persécutées dans les endroits où elles s'en prennent aux céréales mais cette action n'a pas d'effets notables sur les effectifs globaux.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 27/11/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net