Engoulevent à collier roux

Caprimulgus ruficollis - Red-necked Nightjar

Systématique
  • Ordre
    :

    Caprimulgiformes

  • Famille
    :

    Caprimulgidés

  • Genre
    :

    Caprimulgus

  • Espèce
    :

    ruficollis

Descripteur

Temminck, 1820

Biométrie
  • Taille
    : 32 cm
  • Envergure
    : 64 à 66 cm.
  • Poids
    : 70 à 102 g
Distribution

Distribution

Description identification

La couleur de son plumage est un des plus mimétiques que l'on puisse rencontrer dans le monde des oiseaux. Lorsqu'il reste immobile sur le sol nu, entouré de bois sec ou de végétation fanée, il est pratiquement impossible de le distinguer et l'observateur passe souvent tout près de lui sans soupçonner sa présence. Ses parties supérieures sont un mélange bigarré de gris, de rougeâtre et de brun avec une raie noir foncé sur les scapulaires et sur le capuchon. La meilleure façon de le différencier de l'Engoulevent d'Europe est sûrement de porter une attention toute particulière au collier brun doré qui entoure la totalité de son cou et que l'on aperçoit habituellement mieux au bas de la nuque que sur la gorge lorsque l'oiseau est posé au sol.
La gorge porte une tache blanche divisée en deux dans son centre. Des petites taches claires, presque blanches, sont placées sur les côtés de la calotte et sous les yeux. Ces derniers sont très grands et noirs, cependant l'oiseau les garde fermés pendant la journée ou du moins il ne laisse passer le jour que par une très légère fente. Les ailes sont tachées de nombreux petits points dorés ou beiges sur les primaires, et la queue des deux sexes présente des taches ou des petits points blancs bien visibles, surtout en vol. Le plumage des deux sexes est similaire sauf que chez la femelle les taches des rectrices extérieures de la queue et les marques des plumes primaires des ailes sont plus petites et sensiblement moins bien délimitées que chez le mâle, étant presque toujours teintées de rougeâtre ou de brunâtre et n'étant jamais véritablement blanches.
Les parties inférieures des deux adultes sont souillées de beige ou de rougeâtre défraîchi, très légèrement rayées de marron clair et avec des ondulations fines sur la partie supérieure de la poitrine. La queue, très longue, mesure presque 16 centimètres dans la plupart des cas. Elle joue un rôle très important dans la navigation et pendant la parade nuptiale des mâles qui la déploient très ostensiblement pour exhiber les taches blanches qui sont très nettes et très développées pendant la période de reproduction.
En vol, cet engoulevent présente une silhouette caractéristique et unique qui rappelle toutefois celle d'un martinet silencieux volant à basse altitude. Ses ailes sont longues et il peut leur donner une impulsion rapide ou, au contraire, les laisser battre paresseusement et délibérément pour initier un vol plané . En vol, cet oiseau paraît plus pâle et plus rougêatre que l'Engoulevent d'Europe et, dans cet exercice, on apprécie bien mieux sa plus grande taille. La tête est large et aplatie, le bec petit et court, moins fort et de couleur noirâtre. Les alentours de la bouche sont tapissés de vibrisses fortes et développées qui jouent un rôle important dans la capture des insectes au crépuscule. L'intérieur de la large bouche est rouge vif. Les pattes courtes paraissent faibles pourtant cet oiseau se déplace bien à terre. Les jeunes qui viennent à peine de naître les ont presque aussi développées que les adultes et sautent avec force.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Caprimulgus ruficollis ruficollis (Iberian Peninsula to nw AF)
  • Caprimulgus ruficollis desertorum (ne Morocco, n Algeria and n Tunisia)

Noms étrangers

  • Red-necked Nightjar,
  • Chotacabras Cuellirrojo,
  • Noitibó-de-nuca-vermelha,
  • Rothals-Ziegenmelker,
  • rozsdásnyakú lappantyú,
  • Красношейный козодой,
  • 红颈夜鹰,
  • Moorse Nachtzwaluw,
  • Succiacapre collorosso,
  • Rödhalsad nattskärra,
  • Rødhalsnattravn,
  • lelek rdzawoszyi,
  • lelek červenokrký,
  • lelek rudokrký,
  • Rødhalset Natravn,
  • ruosteniskakehrääjä,
  • ,
  • アカエリヨタカ,

Voix chant et cris

Habitat

L'habitat typique de l'engoulevent à collier roux est constitué de paysages ouverts avec des arbustes répandus çà et là, de terrains sablonneux avec végétation clairsemée et de zones à l'orée de pinèdes ou entre ces deux derniers habitats lorsque les espaces existent. Dans la moitié méridionale de l'Espagne, où il atteint une densité optimale, il occupe un habitat semi-désertique avec des arbres épars et des zones de chênes lièges (Quercus suber) et de chênes verts (Quercus ilex). Dans le Parc National Doñana, en Andalousie, les nids sont couramment situés sur des sols humides, à la lisière et à l'intérieur de pinèdes, cherchant l'abri de végétation arbustive haute. Des massifs d'eucalyptus avec sol couvert d'arbustes de faible hauteur sont également fréquentés en Espagne et au Portugal. On remarque réellement une grande disparité dans les lieux où s'établit cet oiseau .
En Europe, l'Espagne et le Portugal constituent le réduit de l'engoulevent à collier roux. La péninsule ibérique constitue aussi la limite de séparation entre la race type et la sous-espèce désertorum qui vit uniquement au Maroc, en Algérie et en Tunisie et qui possède un plumage plus pâle, gris argenté ou rougeâtre ou beige, avec un dessous plus clair et une rayure noire moins marquée sur les parties supérieures.

Comportement traits de caractère

L'engoulevent à collier roux est de moeurs crépusculaires. Durant la journée, il reste posé à terre, bien à l'intérieur de la végétation dense, dans des lieux arides et sablonneux ou entre des tronçons de bois. Il peut également se poser sur la branche d'un arbuste, le plus souvent sur celle d'un arbre située à faible hauteur, cherchant un endroit ombragé. Peu de temps après s'être exposé au soleil, il entreprend de voler, tâchant de surprendre les insectes qui pululent dans les zones inondées et dans les endroits qui bénéficient d'un fort éclairage. Il navigue de façon erratique, effectuant des tours rapides de façon un peu indécise. Comme l'Engoulevent d'Europe, il n'ouvre pas la bouche en permanence, mais seulement au moment précis où il va effectuer la capture, les soies fortes et sensibles situées au bord du bec lui étant d'une grande utilité dans l'exécution de sa tâche. Il prend l'habitude de se poser toujours au même endroit jour après jour, de façon à être bien observable. Il choisit parfois le sommet d'une roche cachée dans la nature ou alors une branche tombée.
L'engoulevent à collier roux est un oiseau migrateur qui arrive en Espagne au mois d'avril, plus vers la fin du mois. Sa migration nocturne a été très rarement observée mais sa présence sur la côte occidentale du Maroc ainsi que sur la bordure septentrionale du Sahara au mois de mai, démontre que bien des oiseaux n'arrivent sur les lieux de reproduction que vers la fin du mois. En Espagne, l'engoulvent a collier roux disparaît progressivement au cours des mois de septembre et d'octobre. Les observations effectuées au cours du mois de novembre sont purement occasionnelles.

Alimentation mode et régime

On possède peu d'informations sur l'alimentation de cette espèce. A la base, les insectes volants, surtout les papillons nocturnes, les mouches, les petits scarabées et les sauterelles forment une grande partie de son régime. La plupart d'entre eux sont capturés au vol. Les moustiques dans des zones inondées doivent constituer une bonne source d'alimentation. On expliquerait ainsi la concentration de cet engoulevent qui s'observe en certains lieux et qui se manifeste par le chant simultané d'au moins 10 mâles. Les engoulevents à collier roux consomment également à terre des larves, des vers, des sauterelles et des jeunes langoustes. Très souvent, ils se posent à proximité de bouses de bétail bovin dans lesquelles, ils recherchent, on suppose, des petits scarabées.

Reproduction nidification

Au cours de la parade, tout comme leurs cousins d'Europe, les engoulevents à collier roux font preuve d'un enthousiasme remarquable, survolant le femelles et les applaudissant plus de douze fois avec des battements rapides des ailes. Ils ne construisent pas de nid, se contentant de déposer leur ponte, constituée habituellement de deux oeufs, sur le sol nu, profitant souvent d'une petite dépression. L'oiseau marque une certaine préférence pour les zones sablonneuses, bordant la dépression de morceaux de bois secs ou de nombreux petits bâtons, coutume qui est également courante chez l'espèce européenne. La couleur des oeufs est variable, toujours très mimétique avec le mileu ambiant, se confondant aisément avec des galets. Ils sont généralement de forme elliptique et brillants, blanc grisâtre avec des points et des taches brunes ou jaunâtres mais aussi verdâtres ou couleur plomb. Ils sont légèrement rayés de brun obscur. La première ponte se déroule au début du mois de mai et une seconde intervient en principe aux alentours du 20 juin. La où les nids sont abondants, ils peuvent être regroupés et former des sortes de colonies. Ainsi, en Tunisie, des groupes de 4 ou 12 nids sont séparés entre eux par des distances comprises entre deux et quinze mètres, mais dans la péninsule ibérique, cette conduite sociale n'est apparemment pas de mise. L'incubation dure 18 ou 19 jours et la femelle y prend une part plus importante que le mâle.
A la naissance, les petits sont très vivaces et sont recouverts d'un duvet beige. Aux petites heures, ils s'éloignent fréquemment du nid d'un ou deux mètres. Si les adultes constatent un danger de prédation ou une menace quelconque concernant les oeufs et les jeunes, ils procèdent au déménagement de la couvée, mais dans un lieu qui n'est guère distant de deux ou trois mètres de l'emplacement initial. Ces translations peuvent être quotidiennes et au bout d'une semaine, curieusement les petits finissent parfois à quelques centimètres de leur point de départ. Au bout de 15 jours, les petits opèrent leurs premières tentatives de vol. Puisqu''ils sont de la première nichée, le mâle se charge de leur apprentissage, la femelle étant occupée par la seconde ponte Habituellement les deux parents nourrissent les petits bec à bec à bec avec des insectes. Comme ces derniers ont tendance à s'éloigner de l'endroit ou leurs parents les avaient laissé quelques minutes plus tôt, ceux-ci les appellent avec un son suave et ils répondent aussitôt, rappliquant avec rapidité. Une fois emplumés, les jeunes ressemblent beaucoup aux adultes, bien que leur plumage soit moins brillant et que les taches des ailes et de la queue soient estompés de beige. A 21 jours, ils volent relativement bien mais en fréquentant les zones habitées et de grand trafic, ils périssent en grand nombre. .

Distribution

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 20/08/2006 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net