Glaréole orientale

Glareola maldivarum - Oriental Pratincole

Systématique
  • Ordre
    :

    Charadriiformes

  • Famille
    :

    Glaréolidés

  • Genre
    :

    Glareola

  • Espèce
    :

    maldivarum

Descripteur

Forster, JR, 1795

Biométrie
  • Taille
    : 25 cm
  • Envergure
    : 58 à 64 cm.
  • Poids
    : 59 à 95 g
Distribution

Distribution

Description identification

Les Glaréoles orientales ont un dessus brun-olive avec un croupion blanc. La gorge jaune-ocre est bordée par un étroit collier noir. Le haut de la poitrine brun se transforme en roux puis en blanc sur le ventre et les sous-caudales. Les plumes de vol sont noires, les sous-alaires châtain. La queue forme une fourche noire avec du blanc à la base. Le bec est noir, entouré par une bouche rouge. Les pattes sont noirâtres, le collier est indistinct en dehors de la période nuptiale.
La Glaréole orientale diffère de la Glaréole à collier par sa queue brève, dépassant à peine l'extrémité des ailes. Les couvertures sont uniformes avec une absence de contraste entre l'intérieur et l'extérieur de l'aile. Dans une très grande majorité des cas, il n'y a pas de blanc sur le bord de traîne. Dans le milieu naturel, elle est également différenciable de la Glaréole à ailes noires (G. nordmanni) par sa queue plus courte, ses plus longues pattes et ses couvertures alaires châtain. Des hybrides entre les Glaréoles orientales et des Glaréoles à ailes noires existent en France et aux Émirats Arabes Unis. L'existence d'un tel phénomène peut poser de réels problèmes d'identification à l'intérieur de la zone appelée paléarctique occidentale.
Les juvéniles sont mouchetés de chamois et de noir sur les parties supérieures.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Oriental Pratincole,
  • Canastera Oriental,
  • Perdiz-do-mar-oriental,
  • Orientbrachschwalbe,
  • keleti székicsér,
  • Oosterse Vorkstaartplevier,
  • Pernice di mare asiatica,
  • Orientvadarsvala,
  • Orientbrakksvale,
  • prieložník olivový,
  • ouhorlík indomalajský,
  • Orientbraksvale,
  • aasianpääskykahlaaja,
  • perdiu de mar oriental,
  • Svölutrítill,
  • żwirowiec orientalny,
  • austrumu bezdelīgtārtiņš,
  • orientalska komatna tekica,
  • Восточная тиркушка,
  • Terik asia,
  • ツバメチドリ,
  • 普通燕鸻,
  • นกแอ่นทุ่งใหญ่,
  • 燕鴴〔東方燕鴴〕,

Voix chant et cris

Glaréole orientale
adulte nuptial

En général, son répertoire est considéré comme très proche de celui de la Glaréole à collier. Les cris, dont la plupart sont délivrés en vol sont décrits comme des "kyllk" d'une grande rudesse, des "chik-chik" ou des "chet". On peut également entendre un "cherr" portant à longue distance et un "trooet" constitué de notes montantes.

Habitat

En Asie, les Glaréoles orientales fréquentent les steppes, les prairies ouvertes, les plaines inondables et les vasières qui subissent l'influence des marées. On peut également les apercevoir dans les champs labourés et dans les jachères ainsi que dans les pâtures proches des cours d'eau.
En Australie, ces oiseaux de moyenne taille occupe les étendues herbeuses plates et ouvertes, les parcelles argileuses, les zones humides vaseuses et les aéroports. Occasionnellement, ils visitent les plages et les vasières battues par les courants marins.
En Nouvelle-Guinée, les Glaréoles orientales peuvent grimper jusqu'à 1 700 mètres d'altitude.

Comportement traits de caractère

Les Glaréoles orientales sont des migratrices de longue distance. Pendant la période qui s'étend d'octobre à avril, elles se dirigent vers le sud, principalement en Asie du Sud-Est, en Indonésie et en Australie. Ces oiseaux sont de retour en Chine pendant la période qui va d'avril à août. Les populations nicheuses du sous-continent indien sont majoritairement sédentaires, nomadiques ou migrateurs de faible distance. Les nicheurs des Philippines sont probablement sédentaires, avec quelques mouvements en automne.
En Nouvelle-Guinée, les glaréoles sont présentes d'octobre à fin mars. Elles franchissent les détroits de décembre à février et elles occupent le nord de l'Australie pendant cette période. Les derniers migrants parviennent à Darwin à partir de novembre lorsque débute la saison humide. En Australie, les glaréoles sont nomadiques et suivent le mouvements des insectes
Au nord et au centre de la Chine, au départ de la migration, les effectifs sont assez nombreux : au passage de Hong Kong, on peut apercevoir des vastes troupes de 1 500 oiseaux volant vers le sud.
Ces oiseaux vagabondent dans des endroits aussi divers que la Nouvelle-Zélande, Christmas Island, les îles Cocos, Madagascar, les îles de l'océan Indien (Seychelles, Maurice), l'Égypte et la péninsule arabique. Certains parviennent jusqu'en Europe Occidentale. Une Glaréole orientale a même été photographiée pour la première fois, le 25 mai 2014 près de Woignarue, dans la Somme.

Alimentation mode et régime

Les insectes et les arthropodes terrestres, en particulier les sauterelles, les criquets et les coléoptères, constituent la partie la plus conséquente du menu. En dehors de la saison de nidification, les termites ailés qui émergent souvent en grand nombre avant les précipitations, forment des proies de choix.
La plupart des victimes sont capturées en vol, mais aussi sur le sol en ce qui concerne les éphydriidés qui sont attirés à terre par les feux de broussailles. Les Glaréoles orientales ont souvent une activité crépusculaire.

Reproduction nidification

Les Glaréoles orientales nichent d'avril à juin. Elles déposent généralement leur ponte dans une plaine ouverte où il y a eu récemment un feu d'herbes. Elles se reproduisent également dans les îles herbeuses situées au milieu des cours d'eau, souvent en compagnie de Sternes de rivière (Sterna aurantia). Le nid est un grattage peu profond ou une simple empreinte de sabot.
La ponte contient 2 ou 3 œufs, grisâtre à blanc-olive, avec des marques brun-noir, gris foncé ou lavande. Les durées de l'incubation et du séjour des jeunes au nid sont encore inconnus à ce jour, mais elles sont sans doute similaires à celles de la Glaréole à collier.
Les poussins sont majoritairement chamois clair dessous et un peu plus foncés sur les parties supérieures. Le capuchon et le dessus sont modérément mouchetés de brun sombre.
Il n'y a pas d'information supplémentaire.

Distribution

En Asie du Sud-Est et en Océanie, les Glaréoles orientales ont un vaste territoire dont la superficie dépasse les 1 700 000 kilomètres carrés. Dans le premier continent nommé, leur aire de distribution couvre principalement la Chine jusqu'à la Mandchourie et l'extrême est de la Sibérie, mais également le sous-continent indien (Sind, Gujarat), la Birmanie, la Thaïlande, l'Indochine, Hainan et les Philippines. Dans tous ces pays, les glaréoles sont exclusivement nicheuses.
En dehors période de la nidification, ces oiseaux hivernent dans les grandes îles de la Sonde (Sumatra, Java, Bornéo, Sulawesi), les petites îles de la Sonde, la Nouvelle-Guinée et l'Australie. Bien que la surface de son aire soit très importante, l'espèce est considérée comme monotypique avec de forts liens de parentés avec la Glaréole à collier dont elle était autrefois une sous-espèce.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Sur le sous-continent indien, les populations hivernales varient de 25 000 à 1 million d'individus. Sur le reste de l'aire d'hivernage, du sud-est de l'Asie à l'Australie, les effectifs sont estimés entre 100 000 et 1 million d'oiseaux. Cette espèce ne suscite donc aucune préoccupation majeure (LC). D'autant plus que les Glaréoles orientales ont tendance à être crépusculaires et qu'elles donnent l'impression d'être d'un naturel assez paresseux dans la journée, si bien que leurs effectifs sont sans doute assez largement sous-estimés. Cependant, un recensement assez récent portent le chiffres globaux à plus de 2 800 000 unités, ce qui semble plus proche de la réalité.
Java et l'Australie Occidentale semblent être devenus des bastions pendant le période hivernale. Dans cette dernière région, on peut apercevoir de 10 à 50 oiseaux le long d'un kilomètre se route, à la tombée de la nuit. Ces échassiers semblent bien s'adapter même dans les prairies qui subissent le surpâturage du bétail domestique. Parfois cependant, en Thaïlande notamment, près de la moitié des nids sont piétinés par les troupeaux lorsque ceux-ci comprennent un nombre très important de têtes. Dans le nord-centre de Java, les glaréoles constituent également un gibier de choix pour les chasseurs.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 03/03/2016 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net