Grand Labbe

Stercorarius skua - Great Skua

Systématique
  • Ordre
    :

    Charadriiformes

  • Famille
    :

    Stercorariidés

  • Genre
    :

    Stercorarius

  • Espèce
    :

    skua

Descripteur

(Brünnich, 1764)

Biométrie
  • Taille
    : 58 cm
  • Envergure
    : 132 à 140 cm.
  • Poids
    : 1200 à 1650 g
Distribution

Distribution

Description identification

C'est le plus grand et le plus massif des labbes. Il ressemble à un Goéland brun mais il est plus corpulent, avec un corps en forme de tonnelet et des ailes plus larges, plus arrondies et moins anguleuses. Comparé aux autres stercorarius, il est bien plus lourd avec une envergure plus développée et une queue plus courte en forme de coin. En toutes saisons, son plumage est identique : brun noirâtre avec des écussons blancs frappants à la base des rémiges primaires. La couverture du corps et des ailes peut avoir des teintes variables : de brun foncé uni chez les juvéniles à brun roussâtre tacheté de pâle chez de nombreux adultes en passant par le brun noirâtre ou même le brun pâle tirant sur le cannelle chez certains individus. Le bec et les pattes palmées pourvus d'ongles arqués sont noirs.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Great Skua,
  • Págalo Grande,
  • Mandrião-grande / Alcaide,
  • Skua,
  • Nagy halfarkas,
  • Большой поморник,
  • 北贼鸥,
  • Grote Jager,
  • Stercorario maggiore,
  • Storlabb,
  • Storjo,
  • wydrzyk wielki,
  • pomorník veľký,
  • chaluha velká,
  • Storkjove,
  • isokihu,
  • ,
  • オオトウゾクカモメ,

Voix chant et cris

Habitat

Comme le labbe parasite, le grand labbe est une espèce pélagique qui vit presque toute l'année au large et ne se fixe sur le rivage que pendant la période de reproduction. Pendant cette dernière période, il fréquente les côtes sablonneuses, caillouteuses, les landes tourbeuses ou les prairies. Il est très rarement observé à l'intérieur des terres.

Comportement traits de caractère

Grand Labbe
adulte nuptial

Assez sociable en période de nidification où il fréquente des colonies lâches, il est solitaire le reste de l'année. C'est une espèce migratrice. Au début de l'automne, les oiseaux nordiques nichant en Islande, aux îles Féroé, dans les îles du nord de l'Ecosse et de la Grande-Bretagne se répandent dans l'Atlantique jusqu'au tropique du Cancer.

Alimentation mode et régime

Grand Labbe
adulte

Les grands labbes se nourrissent de deux manières différentes : soit, ils sont de redoutables prédateurs qui prélèvent des poissons, des petits mammifères, des oeufs, d'autres oiseaux. Ils s'attaquent notamment aux jeunes macareux, aux guillemots, aux fous. Soit ils sont d'habiles cleptoparasites, se montrant très agressifs à l'égard des autres oiseaux marins, les harcelant implacablement jusqu'à ce qu'ils lâchent ou régurgitent leurs proies que ces intrépides assaillants récupèrent adroitement avant qu'elles ne tombent dans l'eau. Son régime alimentaire est complété par des charognes et toutes sortes de déchets ainsi par des baies au début de l'automne. Tout ce qui ne peut être digéré, comme la peau et les os, est régurgité ensuite sous forme de boulettes, à la manière de nombreux grands oiseaux prédateurs.

Reproduction nidification

Les Grands Labbes nichent de préférence à proximité de la mer, dans les landes à une altitude variable et dans les estuaires des rivières. Pour faire leur nid, ils se rassemblent en petites colonies ou restent en couples isolés. Le nid, fait par les deux sexes, est une simple dépression creusée dans le sol et doublée de débris d'herbes et d'autres matériaux. La ponte a lieu fin mai, début juin, après une série de parades nuptiales, où le mâle se pavane devant la femelle en hérissant son plumage. Il n'y a qu'une seule couvée dans l'année. La taille de la ponte est généralement de 2 oeufs qui revêtent une coloration brun-olive ou jaune grisâtre, tachetés de brun. Les petits naissent avec un duvet brun jaunâtre plus pâle dans sa partie inférieure. Ils sont semi-nidifuges, c'est à dire qu'ils quittent le nid assez précocement mais il en demeurent à proximité et dépendent encore des adultes pour leur subsistance.

Distribution

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 12/12/2004 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net