Grive à ailes rousses

Turdus eunomus - Dusky Thrush

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Turdidés

  • Genre
    :

    Turdus

  • Espèce
    :

    eunomus

Descripteur

Temminck, 1831

Biométrie
  • Taille
    : 25 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 55 à 106 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les turdidés sont des passereaux de taille moyenne à grande. Ils possèdent généralement un bec assez long et fort, et des pattes robustes. La couleur de leur plumage est très variable. Beaucoup sont entièrement dans des tons discrets de brun, de gris ou de noir mais d'autres montrent des coul... lire la suite

Description identification

Le mâle a une tête blanche et noire. Le capuchon et les couvertures auriculaires noires se rejoignent sur la nuque. Le sourcil, la ligne suboculaire, la large sous-moustache et la gorge sont blanchâtres. Sur le bas de la face, il ya une très fine moustache composée de petites taches noires. Les parties supérieures sont noirâtres avec d'étroites écailles rousses. Les ailes sont rousses. La poitrine et les flancs sont noirâtres, avec de plus en plus d'écailles blanches au fur et à mesure que l'on s'approche de la zone anale. La zone qui va du ventre à la zone anale est blanchâtre. Le bec est noir avec une mandibule inférieure jaune. Les pattes sont brun foncé.
Des hybrides avec la Grive de Naumann peuvent être observés en grand nombre dans les zones de contact entre les 2 aires de reproduction. Ces oiseaux ressemblent aux grives à ailes rousses mais leur manteau, leur dos et leurs scapulaires sont fortement nuancés de brun-cuivre foncé, les moyennes et les grandes couvertures affichent une couleur brun doré.
La femelle ressemble à son partenaire, mais elle est brune sur le dessus et sur la tête et les ailes ne sont pas rousses. Il y a moins de blanc sur la gorge. Les juvéniles sont comme les adultes, mais ils sont fortement tachés de chamois sur les parties supérieures et noirâtres sur le dessous. Il n'y a pas la bande pectorale noire des parents. Les individus de premier hiver ressemblent aux femelles, avec des centres noires sur la plupart des plumes du dessus.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Dusky Thrush,
  • Zorzal Eunomo,
  • Tordo-de-coleira-preta,
  • Rostflügeldrossel,
  • Naumann-rigó, rőtszárnyú változat,
  • Бурый дрозд,
  • *斑鸫,
  • Bruine Lijster,
  • Cesena fosca,
  • Bruntrast,
  • Svartflekktrost,
  • drozd rdzawoskrzydły,
  • drozd sibírsky,
  • ,
  • Brundrossel,
  • ruostesiipirastas,
  • ,
  • ツグミ,

Voix chant et cris

Les grives à ailes rousses possèdent une communication très développée. Le mâle chante à partir du sommet d'un arbre, il émet une série de courtes phrases musicales et puissantes qui ont 3 à 5 notes et qui comprennent un mélange de morceaux mélancoliques, de sifflements inarticulés et de trilles secs. Ce chant est toutefois plus soutenu et riche et présente la même qualité que celui des rossignols philomèles, des merles noirs ou des grives musiciennes. Ceci peut être retranscrit de la façon suivante : " veet-tyulir-tyulir fru-fru fir-fee veet-veet tyulir-tyulir che-che-che-che veet-veet-veet veet-veet pryupee-pryupee". Il est apparemment plus puissant et plus varié que celui de la Grive de Naumann.
Le répertoire de cris d'alarme comprend des "chek-chek-chek-chek". Les cris de contact, quand il s'agit de rejoindre le dortoir, comprennent des "kveveg" ou des "wäwä" émis sur le ton de la conversation et qui se transforment souvent en bavardage musical. On peut aussi entendre un "shrrt !" ou un "spirr" quand ils jaillissent.

Habitat

Les grives à ailes rousses nichent à la lisière des toundras de plaine, dans les denses parcelles de saules (salix) et de peupliers (populus) qui bordent les rivières. On les trouve également dans les steppes pourvues d'arbres, dans les zones boisées ouvertes dotées en conifères et habituellement plus dans les espaces clairsemés. Leur habitat est assez semblable à celui de la Grive de Naumann mais il se développe plus en terrain montagneux.
Les grives à ailes rousses hivernent dans les broussailles de colline, dans les zones herbeuses, dans les zones boisées éparses, les terres agricoles, les vergers et les prairies pourvues d'arbres. A cette période de l'année, elles fréquentent aussi les parcs à la périphérie des villes et les jardins. Elles vivent dans les collines et jusqu'à 3 000 mètres d'altitude.

Comportement traits de caractère

Les grives à ailes rousses sont des oiseaux migrateurs. Leurs quartiers d'hiver sont situés au sud du Japon, à Taïwan, au sud et à l'ouest de la Chine et dans les collines de l'Himalaya. Un petit nombre reste en hiver en Sibérie. Ces oiseaux quittent le Kamtchatka à la mi-septembre, passent en Mandchourie entre la fin septembre et la mi-octobre. Ils survolent Krasnoyarsk au début du mois d'octobre. En automne, les migrants évitent la Corée et arrivent en larges bandes au Japon en novembre. Ils sont présents à Hong kong principalement entre janvier et mars. Peu d'oiseaux arrivent jusqu'au sous-continent indien, du nord du Pakistan jusqu'en Birmanie. La migration de retour se déroule à partir de la mi-mars. Le retour sur les lieux de ponte s'effectue au plus tôt à la troisième semaine d'avril et au plus tard à la fin mai, soit de façon un peu plus tardive que le Grive de Naumann.

Alimentation mode et régime

Pendant la période qui va d'avril à novembre, son régime est constitué de coléoptères, de locustes, de larves d'insectes et de graines de plantes. De novembre à février, les fruits et les graines font leur entrée en force dans le menu, particulièrement ceux des genévriers et des frênes mais à ce moment de l'année, ils consomment aussi des scarabées, des fourmis (hyménoptères), des vers de terre et des araignées. De passage en Russie, pendant la migration, ces oiseaux ingurgitent surtout des raisins ainsi que des baies d'argousier et de sorbier. Les grives à ailes rousse cherchent principalement leur nourriture à terre, plus à découvert que la plupart des autres grives asiatiques.

Reproduction nidification

Les grives à ailes rousses se reproduisent de mai-juin au mois d'août. Le nid est une coupe rudimentaire construite avec des herbes de différentes sortes, des brindilles et de la mousse. Tous ces matériaux sont liés avec de la boue et garnis avec de fines herbes. Il est placé jusqu'à 5 mètres au-dessus du sol dans un petit arbre isolé. Souvent, il est situé à une hauteur inférieure à 1 mètre.
La ponte comprend 4 à 6 œufs, de couleur bleu verdâtre avec des stries brun rougeâtre. La durée d'incubation, le séjour des jeunes au nid et le soin parental ne sont pas connus.

Distribution

Les grives à ailes rousse nichent dans le nord-centre et le nord-est de la Sibérie, du cours supérieur du Iénisseï jusqu'à la presqu'île du Kamtchatka. La limite sud de leur aire de nidification est assez incertaine mais inclut le bassin de l'Angara, le cours moyen et supérieur de la rivière Toungouska pierreuse et le cours supérieure de la Léna. Elle se poursuit peur-être jusqu'au lac Baïkal. Ces oiseaux hivernent dans le nord-est du sous-continent indien et en Asie Orientale jusqu'au Japon. Depuis sa séparation avec la Grive de Naumann (autrefois les 2 oiseaux étaient considérés comme une seule espèce), la grive à ailes rousses est classée comme monotypique.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle est même considérée comme commune. En hiver, elles est abondante aux îles Kouril, à Hokkaïdo, Honshu, Sado, Shikoku, Kyushu et dans les petites îles du Japon. En Chine, c'est la grive la plus courante. C'est un visiteur rare au Myanmar, en Thaïlande et au Vietnam. Autrefois, la grive à ailes rousses était un mets très apprécié pour sa chair au Japon et en Chine rurale.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 09/08/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net