Grive à collier

Ixoreus naevius - Varied Thrush

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Turdidés

  • Genre
    :

    Ixoreus

  • Espèce
    :

    naevius

Descripteur

(Gmelin, JF, 1789)

Biométrie
  • Taille
    : 24 cm
  • Envergure
    : 34 à 38 cm.
  • Poids
    : 65 à 100 g
Longévité

4 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Cet oiseau a des motifs tellement remarquables qu'il est impossible de le confondre avec n'importe qu'elle autre espèce. La grive à collier présente un mélange éclatant d'orange roussâtre, de noir et de gris bleuâtre. Les adultes ont un capuchon gris, un étroit sourcil orange et un large masque noir qui démarre des lores et traverse toute la zone oculaire. Les parties supérieures, du manteau jusqu'au croupion et aux couvertures sus-caudales, sont variablement gris-bleu à gris sombre avec une légère nuance brune. La queue est également gris-bleu ou gris sombre, mais avec des pointes blanches sur l'extrémité de chaque rectrice, plus visibles sur les rectrices externes. La gorge est orange brillant. Une large bande pectorale noire sépare la gorge du bas de la poitrine orange et du ventre écailleux. Les ailes portent tout un système complexe de barres orange. Les femelles ressemblent assez étroitement à leur partenaire, mais la livrée est moins brillante et la bande pectorale est grise plutôt que noire.

Les juvéniles ressemblent à la femelle, avec un abdomen clair et un aspect écailleux sur la gorge et la poitrine. Les yeux sont noirs. Le bec fin et pointu est noirâtre, avec une tache jaune sur la base de la mandibule inférieure. Les pattes et les doigts sont brun orangé.

Indications subspécifiques 4 Sous-espèces

  • Ixoreus naevius naevius (w)
  • Ixoreus naevius meruloides (s Alaska and nw Canada)
  • Ixoreus naevius carlottae (Queen Charlotte Is.. off w Canada.)
  • Ixoreus naevius godfreii (interior w Canada to interior nw USA)

Noms étrangers

  • Varied Thrush,
  • Zorzal Pinto,
  • Tordo-variegado,
  • Halsbanddrossel,
  • tarka földirigó,
  • Разноголосый дрозд,
  • 杂色鸫,
  • Bonte Lijster,
  • Tordo vario,
  • Sitkatrast,
  • Båndtrost,
  • rudodrozd,
  • drozd obojkový,
  • drozd pruhokřídlý,
  • Flammedrossel,
  • amerikankirjorastas,
  • ,
  • ムナオビツグミ,

Voix chant et cris

Le cri le plus courant est un "chuk", "took" ou "tschooook" faible mais typique d'une grive. Pendant la saison hivernale, on peut également entendre un "woooeeeeee" sifflant et mélancolique. Le chant est une série de notes mélancoliques, prolongées et vibrantes, d'une grande pureté et changeant de hauteur rapidement et de manière imprévisible, avec un trille rude et bourdonnant et éventuellement. quelques pauses. Chaque note commence doucement et va crescendo jusqu'à produire son plein effet. Elle est parfois prolongée et retentit comme un écho puis elle semble s'évanouir sur la fin. Le chant est habituellement émis du sommet d'un arbre, à partir du mois de mars.

Habitat

La grive à collier préfère généralement les forêts denses de conifères. C'est une des rares espèces à occuper des boisements épais mal éclairés. Pendant la saison de nidification, on la trouve dans un grand nombre d'habitats forestiers, bien qu'elle soit plus commune dans les vieilles parcelles humides de sapins, de cèdres, d'épicéas, et de ciguë, mixées avec des aulnes, des peupliers et des érables. Elle est également présente dans les clairières et dans les lisières pourvues de cornouillers et de groseillers sauvages. La grive à collier s'installe volontiers à proximité de cours d'eau, en bordure de lacs ou dans des zones forestières humides proches du littoral. Pendant la saison hivernale, elle fréquente le même type d'habitat, même si elle est plus courante dans les zones de chênes ou les parcelles mixtes de chênes et de conifères. A cette période de l'année, on la trouve partiellement dans des canyons ombragés, des jardins et même sur des pelouses.

Comportement traits de caractère

Cet oiseau timide et discret préfère le zones sombres et ombragées des forêts et des bois de sapins à n'importe quel autre endroit. Il semble également apprécier les endroits humides et il se montre particulièrement vocal pendant les jours les plus pluvieux. Dans la défense de son territoire, il peut être très agressif à l'encontre des autres espèces. Dans bien des parties de son aire de distribution, il ne semble éprouver aucune crainte vis-à-vis des humains. La grive à collier recherche généralement sa nourriture dans l'étage inférieur des arbres et dans la végétation des sous-bois, mais elle peut également prospecter à terre dans la litière des feuilles mortes ou dans les débris en décomposition. Pendant la saison hivernale, elle poursuit ses activités dans des milieux plus ouverts.

La grive à collier est un espèce migratrice, bien que certains oiseaux n'effectuent que des courts déplacements altitudinaux. Toutes les populations n'utilisent pas la même stratégie. Les populations qui vivent à l'intérieur des terres semblent migrer à de longues distances vers le sud de la Californie, alors que celles qui vivent le long des côtes paraissent n'effectuer que de courts déplacements ou sont carrément sédentaires. La grive à collier est un oiseau vigoureux, capable de survivre aux températures les plus rudes en hiver. Toutefois, les populations qui sont installées le plus au nord sont obligées d'abandonner leurs lieux de nidification. Elles quittent le centre de l'Alaska à la fin août ou en début septembre, même si certains individus s'attardent parfois jusqu'au début octobre. Selon les années, les vagues d'oiseaux qui parviennent en Californie sont très irrégulières en nombre. Le voyage du retour commence au début au mois de mars et s'étale habituellement jusqu'à la fin avril, rarement début mai.
Le vol : Comme de nombreuses grives, il possède un vol hardi composé de battements d'ailes onduleux qui rappellent ceux du Merle d'Amérique (Turdus migratorius) avec lequel il s'associe parfois. Toutefois ce vol semble moins ample et moins puissant. Lorsqu'il traverse la forêt, son vol est rapide et sinueux.

Alimentation mode et régime

La grive à collier semble se nourrir principalement d'invertébrés comme les milles-pattes, les punaises, les fourmis, les escargots, les vers de terre et les coléoptères de petite taille. Occasionnellement, elle complète son menu avec des abeilles, des guêpes, des mouches, des sauterelles et des criquets. Elle consomme aussi des fruits sauvages et occasionnellement des fruits cultivés (symphorines blanches, chèvrefeuille, glands, baies de genévriers, airelles, gui, framboises, sumac, nerprun, blé et diverses autres graines).

Reproduction nidification

La saison se déroule de la fin du mois d'avril jusqu'au milieu ou à la fin du mois de juillet. La femelle semble choisir le site de nidification. Elle prend également l'initiative de la construction du nid et laisse le soin au mâle de tracer les contours du territoire par ses sifflements dissuasifs. Le nid est situé habituellement à la base d'une branche le long du tronc, à un hauteur moyenne d'environ 4 mètres 50 au-dessus du sol. Il peut être également construit dans un immeuble ou un bâtiment ou même directement sur le sol. L'intérieur de la coupe volumineuse est garni avec des matériaux fins tels que des herbes. La femelle y dépose 2 à 5 œufs de couleur azur avec des taches brunes. Elle couve seule pendant environ 2 semaines mais les deux parents prennent en charge l'alimentation des jeunes dès que les œufs sont éclos. Quand ils naissent, les oisillons sont nus, aveugles et sans ressources et ils nécessitent le soin constant des adultes pendant les tout premiers jours. Cependant, leur croissance est rapide et ils sont aptes à quitter le nid au bout d'environ 13 à 14 jours.

Distribution

La grive à collier est endémique de l'Amérique du Nord. Pendant la période de reproduction (avril-septembre), elle occupe l'extrême Nord-Ouest du continent, de l'Alaska et du Yukon jusqu'à l'Oregon et le nord de la Californie. En période hivernale (octobre-mars), son aire de répartition se décale vers le sud, de l'île Kodiak et de la Colombie Britannique jusqu'à la Baja Californienne.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

La grive à collier n'est pas globalement menacée, elle est même relativement courante. En dépit de ses larges effectifs, l'espèce est sans doute en déclin. Les chats sauvages provoquent vraisemblablement une importante mortalité en hiver. De nombreux migrateurs sont victimes d'accidents pendant leur voyage vers le sud. Mais la cause principale de mortalité semble être indiscutablement les hivers rigoureux. L'espèce est classée comme ne posant pas de problèmes majeurs (LC).

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 23/01/2006 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net