Locustelle luscinioïde

Locustella luscinioides - Savi's Warbler

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Locustellidés

  • Genre
    :

    Locustella

  • Espèce
    :

    luscinioides

Descripteur

(Savi, 1824)

Biométrie
  • Taille
    : 14 cm
  • Envergure
    : 21 cm.
  • Poids
    : 14 à 18 g
Longévité

5 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Les sexes sont identiques. Chez l'adulte en plumage frais, les parties supérieures sont uniformément brunes, avec une légère nuance rousse ou olive. Le front, le capuchon, le croupion et les couvertures sus-caudales sont marginalement plus sombres que le reste du dessus. Un court sourcil gris-brun se développe jusqu'en arrière de l'œil, bien qu'il puisse être absent chez certains individus. L'œil est entouré par un anneau chamois pâle incomplet. Les côtés de la tête et le cou sont gris-brun foncé. Les lores sont généralement plus pâles avec un trait oculaire gris terne. Les joues et les couvertures auriculaires sont finement striées et mouchetées de chamois-gris ou de grisâtre crème. Les parties inférieures sont gris terne, ou brun-olive défraîchi, parfois avec un lustre bleu. Le menton, la partie haute de la gorge et le ventre sont blancs ou blanc chamoisé. La partie basse de la gorge est parfois teintée de gris. Le dessous de la queue porte des taches grises et est souvent terminé de gris ou de blanchâtre. La queue est un peu plus sombre que le dessus. Les rémiges et les couvertures sont comme les parties supérieures mais l'intérieur et les bordures des plumes de vol sont gris-brun foncé. Le dessous des ailes et les axillaires sont brun clair, devenant presque blancs sur le bord. La mandibule supérieure est sombre ou noirâtre avec un bord tranchant jaune. La mandibule inférieure est brun pâle, brun-chair ou brun jaunâtre. Les pattes sont violacées ou brun rougeâtre. Les iris sont brun-jaune à brun sombre.
En plumage usé (mai-juin), les parties supérieures sont un peu plus pâles avec une légère teinte cannelle. Le dessous est également plus pâle, avec le blanc du menton, de la gorge et du ventre plus étendu. Les filets extérieurs des plus longues primaires sont gris-crème plus clair. Les extrémités du dessous de la queue sont plus blanches. Les rémiges et les rectrices sont abrasives.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Locustella luscinioides luscinioides (c, w, sw, also nw Africa)
  • Locustella luscinioides sarmatica (e Ukraine and s European Russia)
  • Locustella luscinioides fusca (Turkey and Jordan to Kazakhstan)

Noms étrangers

  • Savi's Warbler,
  • Buscarla unicolor,
  • Cigarrinha-ruiva,
  • Rohrschwirl,
  • Nádi tücsökmadár,
  • Соловьиный сверчок,
  • 鸲蝗莺,
  • Snor,
  • Salciaiola,
  • Vassångare,
  • Sumpsanger,
  • brzęczka,
  • svrčiak slávikovitý,
  • cvrčilka slavíková,
  • Savisanger,
  • ruokosirkkalintu,
  • ,
  • ヌマセンニュウ,

Voix chant et cris

Le mâle chante au sommet des roseaux et poursuit ses rivaux à l'intérieur de la roselière de manière plus démonstrative que la Locustelle tachetée. Son chant s'accélère en un trille bourdonnant durant au moins 30 secondes, plus rapide, plus terne et moins mécanique que celui de sa cousine. Les cris sont un "pet" et un "zeck" haut perchés.

Habitat

La locustelle luscinioïde fréquente les grandes roselières hautes, moins souvent les jonchaies et les autres végétations riveraines qui se situent en bordure des lacs, des rivières, des marais et des étangs. Ce type de végétation est assez souvent associé aux saules, aux aulnes ou à tout autre essence d'arbre tolérant les régions aquatiques. En hiver, il fréquente le même genre d'habitat dans les zones humides. La locustelle luscinioïde est un visiteur d'été de mai à août en Europe où il a une répartition très inégale. En France, elle est bien représentée dans l'ouest, en Picardie et en Champagne humide. Par contre elle est très localisée dans le midi et ça et là ailleurs. C'est un oiseau en expansion et de nouvelles populations nidificatrices sont découvertes certaines années. En automne, il migre et prend ses quartiers d'hiver au sud du Sahara dont il ne revient que vers la mi-avril. Trois sous-espèces sont reconnues : L.L. luscinioïdes, la race type, est présente en Europe Occidentale et dans l'ouest de l'Afrique du Nord. son aire se développe de la Hollande jusqu'au cours supérieur du Dniepr et à Karkhov en passant par l'Allemagne et la Pologne. Sa limite sud est marquée en gros par le cours du Danube. L.L. sarmatica, vit dans le sud de la Russie, le long des rivières Don, Kuban, Terek et Volga. Son aire se développe vers le sud jusqu'au Caucase et au delta de la Volga et en direction du nord jusqu'aux steppes de l'Oural. L.L. fusca, vit au Kazakhstan, de la rivière Emba et de la mer d'Aral jusqu'au lac Zayan à l'est et jusqu'à l'Amou-Daria au sud. Les races luscinioïdes et samartica se rencontrent en Ukraine.

Comportement traits de caractère

La locustelle luscinioïde vit en solitaire ou en couple. On la trouve généralement seule en dehors de la période de reproduction. Elle est très discrète, mais les mâles aiment bien s'installer pour chanter sur des perchoirs bien exposés. Aussi, peut-on les observer aisément. C'est un oiseau qui n'est pas particulièrement timide, on peut l'approcher à une courte distance, étant plus confiant et de nature plus curieuse que la Locustelle fluviatile. A terre, il a une allure de souris trottinante et sautillante. Il a une stature plutôt horizontale, bien que parfois il se tienne bien droit.

Alimentation mode et régime

La locustelle luscinioïde recherche son alimentation en marchant et en sautillant sous le couvert épais. Elle consomme des insectes, des araignées et des escargots dans la végétation basse.

Reproduction nidification

La reproduction a lieu de mai à juillet dans l'ouest et le centre de l'Europe. Le nid repose généralement dans une touffe de plantes serrées, sur des laîches par exemple, sur un paquet de roseaux brisés ou dans quelque enchevêtrement végétal entouré d'eau, à faible hauteur. Les deux parents bâtissent l'édifice avec des fragments de roseaux, de massettes ou de laîches desséchées. L'intérieur, garni de larges feuilles entremêlées, présente un aspect très lisse. Le couple mène à terme deux couvées, la première à la mi-mai ou en début juin, la seconde en juillet. Elles sont composées habituellement de 4 oeufs, au fond blanchâtre mais presque entièrement recouverts de points ou de taches brun-gris, brunes ou violettes. L'incubation, assurée principalement par la femelle, dure environ 12 jours. Après l'éclosion, le séjour des jeunes au nid prend une douzaine de jours supplémentaires.

Distribution

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 16/01/2004 par Alexandre Knochel avec la participation de Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net