Pigeon des lauriers

Columba junoniae - Laurel Pigeon

Systématique
  • Ordre
    :

    Columbiformes

  • Famille
    :

    Columbidés

  • Genre
    :

    Columba

  • Espèce
    :

    junoniae

Descripteur

Hartert, 1916

Biométrie
  • Taille
    : 38 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Les sexes sont tout à fait semblables. Le front et le capuchon sont vert grisâtre, avec une trace irisée sur l'arrière de la calotte. La nuque et l'arrière du cou sont vert irisé, se fondant dans la couleur améthyste irisé des côtés du cou et du haut du manteau. La partie basse du manteau et le haut du dos affiche une couleur brun sombre remplacée par du gris bleuâtre au niveau du bas du dos et du croupion. Les couvertures sus-caudales et les rectrices centrales sont gris plus clair. Les autres rectrices sont gris brunâtre foncé avec une large mais vague pointe blanc-crème. Le scapulaires, les tertiaires et les couvertures alaires forment un ensemble brun sombre. Les secondaires sont également brun sombre mais virant au brun noirâtre sur les primaires avec une très fine bordure blanche. La face est gris clair. Le menton et la gorge gris clair virent au bordeaux sur la poitrine, avec des infiltrations de brun sur le ventre et les couvertures sous-caudales. Le dessous des ailes affiche diverses teintes de brun. Le dessous de la queue porte une large bande terminale blanc-crème et une zone noirâtre à la base. L'iris est jaune clair. La peau nue orbitale forme un étroit anneau pourpre rougeâtre. Les pattes sont violet grisâtre.
La femelle est identique mais elle affiche un cou et une poitrine rouge violacé plus terne. Les juvéniles sont généralement plus brun terne que les adultes. Les marques sur le cou sont moins nombreuses et moins étendues. Les scapulaires, les couvertures alaires et certaines rémiges sont plus brunes avec des bordures chamois-roux. Le dos et le croupion sont plus brun. La queue est semblable à celle des adultes mais plus courte, surtout chez les très jeunes oiseaux.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Laurel Pigeon,
  • Paloma Rabiche,
  • Pombo-rabil,
  • Lorbeertaube,
  • fehérfarkú babérgalamb,
  • Лавровый голубь,
  • 桂冠鸽,
  • Laurierduif,
  • Piccione dei lauri,
  • Lagerduva,
  • Laurbærdue,
  • gołąb laurowy,
  • holub hnedý,
  • holub vavřínový,
  • Hvidhalet Laurbærdue,
  • palmankyyhky,
  • ,
  • ゲッケイジュバト,

Voix chant et cris

Pigeon des lauriers
adulte

A la Gomera, le cri de reconnaissance est un grondement profond formé de plusieurs notes et répété toutes les quelques minutes. Ce 'hooo-hooo-hooo' est souvent entendu au mois d'août, que ce soit tôt le matin ou après les averses, mais jamais pendant les temps clairs et ensoleillés. Un deuxième cri a également été noté : il s'agit d'un 'karuh karuh....kurukedikuh....kuh..kuh' qui est émis pendant les parades et sert sans doute à renforcer les liens du couple.

Habitat

Ce pigeon vit dans les lambeaux résiduels de la forêt de lauriers, peuplée d'arbres appartenant à la famille des lauriacées, des éricacées et des rosacées. Ce sont des forêts tempérées de feuillus dominées essentiellement par le laurier commun et le laurier des Açores. Sur l'île de Ténérife, on le trouve entre 600 et 1500 mètres dans les lieux qui sont baignés de nuages apportés par les alizés du nord-est. Dans ces zones, ils se situent toujours à proximité des pentes rocheuses escarpées qui constituent d'excellents sites de nidification. Ces versants abrupts sont recouverts d'arbres bien que souvent pauvrement. Ces pigeons recherchent principalement leur nourriture dans les forêts de lauriers, toutefois on les aperçoit de temps en temps dans les forêts de pins ainsi que dans les zones cultivées. Le pigeon des lauriers est endémique des îles Canaries. Sa population, dont les effectifs sont estimés à moins de 1500 individus, est répartie sur Ténérife, La Gomera et La Palma. Bien qu'il ait des exigences plus spécialisées en matière de nidification, son aire de répartition coïncide plus ou moins avec celle du Pigeon de Bolle.

Comportement traits de caractère

Cette espèce timide a une répartition plus restreinte que le Pigeon de Bolle. Comme lui, il se nourrit principalement de baies qu'il trouve dans les lauriers. Bien qu'il soit réputé pour se nourrir sur le sol en association avec le Pigeon de Bolle, il semble moins disposé à venir à terre. Il semble également former des groupes moins importants. Toutefois, il a des pratiques similaires, notamment celle qui consiste à envahir les terres agricoles en cas de disette de ses ressources préférées. Dans ce dernier cas, il est réputé pour chaparder des cerises, du froment et de l'orge. Pendant la parade, le mâle effectue un long et lent vol glissé entre deux arbres, les ailes et la queue étant largement déployées. A l'approche du second arbre, il bat rapidement des ailes comme un papillon et vient se percher si un autre oiseau, en principe une femelle, se trouve à proximité. Lorsqu'il est installé sur un de ses perchoirs favoris, il délivre son cri de reconnaissance, penchant la tête légèrement en avant et gonflant sa gorge avant de produire un grondement profond.

Reproduction nidification

Bien que des parades bruyantes se déroulent en août à La Gomera pour l'établissement de territoires, on pense que la saison de nidification se déroule principalement d'avril à juin. C'est une période pendant laquelle la nourriture est abondante, ce qui laisse suggérer que cette espèce, comme les autres races de pigeons à lauriers, ne se reproduit que lorsque les ressources sont suffisantes. Les nid sont placés dans des cavités, sur des corniches rocheuses ou des arbres morts, mais toujours en association avec des façades rocheuses en à-pic recouvertes de végétation. La femelle pond un seul oeuf blanc-crème dont l'incubation dure 19 jours. On n'a pas de renseignements précis concernant la durée du séjour au nid.

Distribution

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 13/08/2007 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net