Roselin à longue queue

Carpodacus sibiricus - Long-tailed Rosefinch

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Fringillidés

  • Genre
    :

    Carpodacus

  • Espèce
    :

    sibiricus

Descripteur

Pallas, 1773

Biométrie
  • Taille
    : 18 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 16 à 26 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Fringillidés sont des passereaux de taille petite à moyenne (9 à 25 cm de longueur). Leur plumage est extrêmement variable et souvent haut en couleurs. Leur bec court et conique est adapté à une alimentation granivore, mais non exclusive. Ils occupent des milieux souvent dominés par les l... lire la suite

Description identification

Ce roselin de taille moyenne possède une longue queue et un bec trapu comme celui d'un bouvreuil. La très longue queue procure à cet oiseau une silhouette très caractérique et très différente de celle des autres membres de la famille. Il y a des variations très importantes dans les différentes races.
En plumage nuptial, les mâles ont d'importantes marques rose foncé sur la face, le croupion et les parties inférieures. Il y a des ornements gris givré ou blancs sur le capuchon, la nuque,et les ailes. Les motifs de ces dernières paraîssent plus blanches. La queue allongée est noire avec des bordures blanches sur les rectrices externes.
Les mâles des races henrici et lapidus sont généralement gris clair ou brun-sable avec des stries plus sombres. Le rose brillant ou le gris givré sont absents sur le corps.
Les femelles ne sont guère différentes de leur partenaire. La queue noire est semblable avec les 2 paires de rectrices extérieures claires. Toutefois, les oreillons brun chamoisé ont de fines stries foncées. Les juvéniles sont très semblables à leur mère, bien que les parties supérieures et inférieures sont plus nuancées de gris.
Le roselin à longue queue peut être confondu avec le Bruselin de Przewalski. Celui-ci se distingue pourtant grâce à des rectrices orange pâle et non pas blanches. Le bec est plus fin. Les zones blanc givré de la tête, des ailes et du croupion sont absents.

Indications subspécifiques 5 Sous-espèces

  • Carpodacus sibiricus sibiricus (sw Siberia and ne Kazakhstan to Mongolia and nc China)
  • Carpodacus sibiricus ussuriensis (e Siberia and ne China)
  • Carpodacus sibiricus sanguinolentus (Sakhalin and Kuril Is., n Japan)
  • Carpodacus sibiricus lepidus (ne Tibet to nc and c China)
  • Carpodacus sibiricus henrici (e Tibet and sc China)

Noms étrangers

  • Long-tailed Rosefinch,
  • Camachuelo colilargo,
  • Peito-rosado-rabilongo,
  • Meisengimpel,
  • hosszúfarkú pirók,
  • Langstaartroodmus,
  • Ciuffolotto roseo codalunga,
  • Långstjärtad rosenfink,
  • Langhalefink,
  • červenák mlynárkovitý,
  • hýl sibiřský,
  • Langhalet Rosenfinke,
  • pyrstötulkku,
  • pinsà cuallarg,
  • Glitnir,
  • giluszek,
  • garastes svilpis,
  • dolgorepi kalin,
  • Урагус,
  • ベニマシコ,
  • 长尾雀,
  • 長尾雀,

Voix chant et cris

Le chant est une série de trilles rapides qui ondulent, "churu churu chee fee fee fee", et qui ressemblent beaucoup aux notes du bec-croisé des sapins (Loxia curvirostra). Les cris comprennent des suites de gazouillements mélodieux, trisyllabiques et rapides tels que "pee-you-een", ou" su we, su wee, sweeoo, cheweeoo". Parfois ausi des "sit-it-it". Le cri d'alarme est un "pink" anxieux semblable à celui du Pinson des arbres. Le répertoire est complété par un "hwit-hwot" musical.

Habitat

Les roselins à longue queue fréquentent les parcelles denses de saules (Salix) et de bouleaux (Batula). On les trouve aussi dans les prairies, les roseraies et les végétaux élevés qu'on observe dans les fossés et les champs inondés. Ces oiseaux occupent également les vallées riveraines qui sont pourvues de saules, de mélèzes, de peupliers. Parfois, ils ne dédaignent pas les boisements de plaines et de collines pourvu qu'il soient composés d'un mélange de pins, d'aulnes, de bouleaux, qu'ils aient un sous-bois fourni et qu'ils présentent des clairières developpées. Occasionnellement, ces roselins vivent dans les épineux.
Pendant la période hivernale, en Mongolie Occidentale, les roselins à longue queue fréquentent souvent les petits arbres épineux tels que les Argousiers. A Oulan-Bator, on les observent même dans les petits espaces verts au centre de la ville. Ils peuvent grimper jusqu'à 3 400 mètres d'altitude.

Comportement traits de caractère

Ces roselins recherchent leur nourriture sur le sol ou sous la végétation. Ils prospectent également dans les grandes herbes, dans les roseaux ou dans les autres formes de végétation pourvu qu'elles permettent à ces oiseaux de se percher et de se pencher en avant pour récolter les graines qui sont dans les épis, comme le font la plupart des espèces de la sous-famille des carduelinés.
Les roselins à longue queue vivent en solitaire ou en groupes. En dehors de la saison de reproduction, les jeunes forment des bandes lâches qui peuvent atteindre jusqu'à 14 individus. Ces oiseaux sont sédentaires et migrateurs. Les populations de la race nominale quittent la Russie Européenne des environs de l'Oural et se dirigent vers le sud jusqu'au sud du lac Baïkal. Ces mouvements dépendent surtout des chutes de neige. Les races ussuriensis et sanguinolentus sont également migratrices, repectivement en Corée, Chine et au sud du Japon. Les races lepidus et henrici sont sédentaires.

Alimentation mode et régime

Les roselins à longue queue sont surtout végétariens : ils consomment principalement des graines, des baies, des bourgeons de plantes et de buissons. Ils ingurgitent une grande quantité de fruits sauvages tels que les prunes, du chèvrefeuille (Lonicera), des viornes-roses (viburnum), du sureau (sambucus), des graines d'armoise, du rumex, Les grands arbres tels que les ormes et les bouleaux sont également visités avec régularité.
En plus des matières végétales, les roselins à longue queue apprécient les petits invertébrés et leurs larves, y compris les aphidés, les diptères et les coléoptères. Les araignées et les mollusques sont également intégrés au menu. Les jeunes oisillons reçoivent un mélange de plantes et de matières organiques.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule de mai à août. Sur l'ensemble de l'aire de distribution, on note généralement une seule couvée, excepté dans l'Oussouriland où il y en a parfois 2. La formation des couples intervient à la mi-printemps lorsque les oiseaux parviennent sur la zone de nichage, à la mi-mai. Pendant les parades, les mâles sont très actifs, ils montent dans le ciel en chantant et en agitant doucement les ailes puis ils planent en direction de la femelle qui est installée sur un buisson ou un arbre bas.
Le nid est une coupe compacte et profonde, il est construit avec des herbes sèches, des fibres végétales, du duvet, du crin animal et des plumes. L'édifice est placé à 2 mètres au-dessus du sol sur une fourche ou à proximité d'un tronc de bouleau, de saule, d'érable ou de sorbier. Occasionnellement, il est posé sur un buisson ou une touffe d'herbes.
La ponte comprend 3 à 6 œufs, de couleur bleu-vert foncé à bleu brillant avec des taches, des lignes et des gribouillures plus sombres. Les 2 parents couvent de 11 à 13 jours, les oisillons restent au nid pendant une douzaine de jours pendant lesquels ils sont soignés et nourris par leurs géniteurs. L'envol s'effectue au plus tard à 14 jours. Les jeunes forment de petites crêches avant le départ en migration à l'automne. Les nichées subissent souvent la prédation de corneilles noires et de musaraignes.

Distribution

Les roselins à longue queue vivent près des rivières et des cours d'eau, dans le sud de la Sibérie, du confluent de l'Ob et de l'Irtych, jusqu'à Sakhaline, le Japon et le centre de la Chine. 5 races sont officiellement répertoriées :
U. s. sibiricus - niche du sud-ouest du sud-centre de la Sibérie jusqu'au cours moyen de l'Amour, au Kazakhstan, dans le nord de la Mongolie et le nord de la Chine (nord-ouest du Xinjiang, Mongolie Intérieure) ; hiverne dans le sud de la Russie, l'est du Kazakhstan (Tarbagatay, Dzhungarian Alatau, est du Tien Shan), le nord-ouest et nord-centre de la Chine.
U. s. ussuriensis - niche dans l'extrême-est de la Russie, (le long de l'Amour et dans l'Oussuriland) et le nord-est de la Chine (Heilongjiang et Jilin) ; hiverne en Corée et dans l'est de la Chine (Liaoning, Hebei, Shanxi, ainsi que le sud du Gansu).
U. s. sanguinolentus - niche dans l'île de Sakhaline, aux îles Kourils et au nord du Japon (Hokkaïdo, Nord-Honshu) ; hiverne au centre au sud du Japon.
U. s. lepidus - centre de la Chine (Est-Xizang jusqu'au sud du Shaanxi et au sud-ouest du Shanxi).
U. s. henrici - sud de la Chine (sud-est du Xizang, nord du Sichuan, Yunnan).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas globalement menacée. Sa répartition est assez variable : selon les régions, elle est commune, localement commune, éparse ou rare. Selon les saisons, elle est très commune le long du cours de la rivière Angara dans le sud de la Sibérie ou assez courante dans la vallée du fleuve Amour, dans l'Oussouri et le sud de Sakhaline. Dans le nord du Khazakhstan, elle est plutôt rare ; au nord de la Chine et au Japon, elle est assez éparse. Dans l'est de la Sibérie, les plus hautes densités regroupent 50 à 70 individus par kilomètre carré. Dans le sud de Sakhaline, il y a 9 oiseaux par kilomètre carré dans les plaines inondées.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 18/10/2014 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net