Rougequeue de Güldenstädt

Phoenicurus erythrogastrus - Güldenstädt's Redstart

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Muscicapidés

  • Genre
    :

    Phoenicurus

  • Espèce
    :

    erythrogastrus

Descripteur

(Güldenstädt, 1775)

Biométrie
  • Taille
    : 18 cm
  • Envergure
    : 28 à 30 cm.
  • Poids
    : 50 à 55 g
Distribution

Distribution

Description identification

Assez grand, même si sa taille n'est pas toujours facile à déterminer de loin dans le milieu montagnard, il est fort avec une large poitrine et une grosse tête. Le mâle ne peut être confondu avec sa gorge, son haut de poitrine et ses parties supérieures noir brillant. Le reste du dessous, le croupion et la queue sont marron-roux foncé. La calotte, du devant du front jusqu'à la nuque, est blanchâtre. L'aile porte une importante tache blanche formant un miroir.
La femelle adulte ressemble à celle du Rougequeue noir, mais elle est plus grosse avec des ailes relativement plus longues et un plumage davantage gris sable, présentant souvent une zone claire sur les secondaires en plumage usé de printemps et une queue rousse plus pâle avec des rectrices centrales brun plus pâle. Son plumage cryptique la rend pratiquement invisible parmi les pierres.
Les juvéniles sont légèrement mouchetés, mais moins que les autres rougequeues. Les mâles immatures ont déjà un miroir alaire blanc.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Phoenicurus erythrogastrus erythrogastrus (sc, ec)
  • Phoenicurus erythrogastrus grandis (e Afghanistan to sc Siberia, w Mongolia and nw and c China)

Noms étrangers

  • Güldenstädt's Redstart,
  • Colirrojo de Güldenstädt,
  • Rabirruivo-de-touca-branca,
  • Riesenrotschwanz,
  • hegyi rozsdafarkú,
  • Краснобрюхая горихвостка,
  • 红腹红尾鸲,
  • Witkruinroodstaart,
  • Codirosso alibianche,
  • Bergrödstjärt,
  • Hvitvingerødstjert,
  • pleszka kaukaska,
  • žltochvost bielohlavý,
  • rehek bělokřídlý,
  • Bjergrødstjert,
  • vuorileppälintu,
  • ,
  • シロガシラジョウビタキ,

Voix chant et cris

Rougequeue de Güldenstädt
♂ adulte

Sa voix est peu connue. Ses différents cris comprennent un 'lik' faible et un 'trr' roulé. Son cri d'alarme est un 'tsi-êc, tsii-êc, tsii-êc' puissant. Son chant, émis du haut d'un promontoire rocheux ou en vol nuptial, est une série de notes brèves et pures entrecoupées de notes rauques.

Habitat

C'est un oiseau de la haute montagne, qui fréquente les pentes dénudées et rocheuses avec un minimum de végétation, jusqu'à la limite des neiges éternelles, de 2200 à 5000 mètres d'altitude. Il niche aux étages les plus élevés de toundras alpines et dans les steppes rocailleuses des hauts plateaux. En Automne, au début du mois d'octobre et même parfois avant, il descend dans les vallées jusqu'à 500 mètres d'altitude (quelquefois jusqu'à 900 mètres seulement).
Le rougequeue de Güldenstädt est répertorié officiellement sous deux formes distinctes. La race type, erythrogaster erythrogaster vit dans le Caucase et les massifs du nord de l'Iran. La race erythrogaster grandis vit dans les montagnes de l'Asie Centrale. L'espèce est assez commune dans la partie occidentale des monts Sayan, notamment le long des affluents situés au nord de la rivière Khemchik.

Comportement traits de caractère

Le rougequeue de Güldenstädt vit en solitaire ou en couples. Cependant, à la fin de l'automne, il peut former des petits groupes qui recherchent leur nourriture. Ce n'est pas un oiseau très cachotier. Il se tient souvent, bien en vue, sur un ressaut rocheux ou court sur le sol en se tenant relativement dressé. Agité, secouant sans arrêt la queue et changeant souvent de place, il possède un vol puissant, un peu comme le merle.

Alimentation mode et régime

En été, le rougequeue de Güldenstädt se nourrit de petits invertébrés qu'il va chercher dans les alpages ou d'insectes qu'il attrape parfois au vol. En automne, la recherche d'aliments s'effectue de façon collective en petits groupes. Le régime se transforme et devient majoritairement végétarien, les oiseaux ingurgitant alors des baies.

Reproduction nidification

Généralement, dès février ou mars, le rougequeue de Güldenstädt se hâte de regagner ses lieux de nidification, au-delà des nuages. Il bâtit son nid dans les crevasses de rochers, dans les fentes entre les blocs de pierre et dans les éboulis, utilisant comme matériaux de construction des fragments végétaux secs. Il en garnit l'intérieur de laine, de poils et de quelques plumes. La saison de reproduction dure de mai à juillet. La femelle pond 4 à 5 oeufs crème , finement mouchetés de roux, qu'elle couve probablement seule. On sait peu de choses sur l'élevage des jeunes.

Distribution

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 25/10/2006 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net