Turnix mugissant

Turnix sylvaticus - Common Buttonquail

Systématique
  • Ordre
    :

    Charadriiformes

  • Famille
    :

    Turnicidés

  • Genre
    :

    Turnix

  • Espèce
    :

    sylvaticus

Descripteur

(Desfontaines, 1789)

Biométrie
  • Taille
    : 16 cm
  • Envergure
    : 25 à 30 cm.
  • Poids
    : 60 à 70 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez les femelles, qui sont légèrement plus grandes que les mâles, le dessus est une subtile combinaison de noir, gris et de châtain-roux finement moucheté. Elles affichent une ligne chamois clair sur la partie centrale du capuchon et des rayures ôcre ou chamois doré de part et d'autre du dos. La face et les côtés de la tête sont mouchetés de noir sur fond blanc. La partie supérieure de la gorge et l'abdomen sont blancs, alors que la partie inférieure et la poitrine présente une teinte châtain-roux. Les flancs sont parsemés de quelques marques noires et les bordures des couvertures alaires teintées de chamois-ocre. Le bec est gris bleuâtre, les pattes rose-chair.

Les mâles sont assez semblables en coloration, simplement leurs couleurs sont plus pâles et plus ternes. Les femelles non nicheuses se distinguent des reproductrices par des mouchetures noires moins abondantes sur les flancs, une nuque rouge délavé et une poitrine rousse plus foncée. Les mâles non reproducteurs sont assez semblables aux femelles non-nicheuses, ils ont cependant une poitrine plus claire.

Les juvéniles ressemblent aux adultes. Ils s'en distinguent toutefois par un marquage plus important à la poitrine et un mouchetage blanc sur les parties supérieures et sur le manteau. Leurs ailes sont moins saillantes.

Indications subspécifiques 9 Sous-espèces

  • Turnix sylvaticus sylvaticus (widespread)
  • Turnix sylvaticus lepurana (Africa south of the Sahara)
  • Turnix sylvaticus dussumier (e Iran to Burma)
  • Turnix sylvaticus davidi (c Thailand to s China, n Indochina and Taiwan)
  • Turnix sylvaticus bartelsorum (Java, Bali)
  • Turnix sylvaticus whiteheadi (Luzon. n Philippines.)
  • Turnix sylvaticus celestinoi (Bohol and Mindanao. s Philippines.)
  • Turnix sylvaticus nigrorum (Negros I.. c Philippines.)
  • Turnix sylvaticus suluensis (Sulu Arch.. sw Philippines.)

Noms étrangers

  • Common Buttonquail,
  • Torillo Andaluz,
  • Toirão,
  • Laufhühnchen,
  • guvatfürj,
  • Африканская трёхперстка,
  • 林三趾鹑,
  • Gestreepte Vechtkwartel,
  • Quaglia tridattila comune,
  • Springhöna,
  • Springvaktel,
  • przepiórnik (zwyczajny),
  • prepeľovec krovinový,
  • perepel malý,
  • Løbehøne,
  • viiriäispyyjuoksija,
  • ,
  • ヒメミフウズラ,

Voix chant et cris

La femelle a un cri territorial type : c'est un 'hou-hou-hou-hou', grave, portant loin, rappelant une corne de brume lointaine ou le mugissement d'une vache. Ce cri, répété toutes les une à trois secondes, est surtout émis à l'aube et au crépuscule. Le caractère ventriloque du cri (dû vraisemblablement à une dilatation de son oesophage) augmente la difficulté pour localiser l'émetteur.

Habitat

En Espagne et en Afrique du Nord, cette espèce est sédentaire dans les régions de basse altitude, notamment le long des côtes et à proximité du littoral. Là, elle fréquente les milieux secs avec buissons bas, en particulier les palmiers nains mais aussi les autres arbustes, de même que les dunes et autres lieux sablonneux couverts de graminées et d'asphodèles. Les turnix vivent également dans les zones cultivées , y compris les champs de betteraves et de carottes.

Comportement traits de caractère

L'oiseau est difficilement observable en raison de son comportement discret et de la coloration cryptique de son plumage. Il trottine et court sous la végétation basse, habile à se faufiler et à se tapir à terre. Seule une menace pressante peut le forcer à prendre son essor par un vol rapide et vibrant de caille. Après une courte envolée, il s'empresse de plonger dans le couvert. On peut parfois l'apercevoir au sol parce qu'il adore se chauffer au soleil et prendre des bains de poussière. En Europe et dans l'Afrique du Nord proche, il est sédentaire.

Alimentation mode et régime

C'est un omnivore. Son régime est constitué principalement de graines, d'insectes et de leurs larves. Il est également particulièrement friant de plantes cultivées et de fourmis.

Reproduction nidification

L'extraordinaire chez les turnicidés est que, dans la règle, la femelle, plus grande et plus vivement colorée, assume les rôles ordinairement dévolus au mâle. Dans la parade nuptiale, le mâle adopte d'ailleurs une attitude soumise jusqu'à ce que la femelle vienne lisser ses plumes avec son bec. Dans tous les cas, c'est la femelle qui se charge de la défense agressive du territoire et qui laisse au mâle les soins de la couvaison et de l'élevage des petits.

La période de reproduction varie selon les régions. En Inde, elle intervient pendant la saison des pluies ; en Espagne par contre, elle à lieu au printemps et en été. En Afrique, au nord de l'équateur, le turnix niche d'avril à septembre. En Afrique Septentrionale, on assiste à deux cycles de nidification, le premier de janvier à juin, le second de septembre à décembre. La femelle choisit généralement le site de nidification et entreprend la construction du nid, bien que le mâle puisse parfois y apporter sa participation. La plupart du temps, il s'agit d'une simple égratignure dans le sol garnie d'herbes sèches. La couvée comprend ordinairement quatre ou cinq oeufs à fond blanc ôcré à brunâtre, maculé de brun-noir et brun-roux, avec ponctuation profondes gris-bleu. Une autre particularité de la famille des turnicidés est la brièveté surprenante de l'incubation, assez comparable à celle des petits passereaux, soit 12 à 14 jours.

La femelle est polyandre. Dès que le mâle est retenu sur les oeufs, elle recommence à chanter pour attirer un autre mâle et lui confier une nouvelle couvée. Sa polyandrie peut aller jusqu'aux troisièmes noces, voire plus loin. Les poussins sont nidifuges et d'emblée très mobiles. Dès l'âge de 5 jours, ils sont capables de se nourrir seuls et ils acquièrent au bout de 10 jours la faculté de voler grâce à la croissance d'ailes réduites et provisoires qui se développent au fur et à mesure que leur poids augmente. Entre 18 et 20 jours, ils atteignent leur totale autonomie.

Distribution

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 10/06/2005 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net